Credimania » Crédit immobilier » Le crédit immobilier : peut-on faire un prêt à l’étranger ?

Le crédit immobilier : peut-on faire un prêt à l’étranger ?

Fréquemment connu comme solution incontournable pour les interdits bancaires, emprunter à l’étranger est également ouvert à tous ceux qui veulent investir dans l’immobilier. Appartenant à un pays membre de l’Union européenne, vous pouvez désormais profiter de la concurrence acharnée sur le marché d’acquisitions immobilières financées par des crédits bancaires.

Ensuite, que vous ne présentez pas un profil emprunteur à risque augmentera vos chances pour négocier les taux d’intérêt les plus réduits et réaliser les meilleures affaires. Mais, un TAEG n’est pas tout dans un crédit ! Pensez alors à savoir toutes les informations nécessaires sur les offres que vous obtenez et sur les lois et les politiques de protection applicables par ces banques européennes.

Sommaire :

  • Le crédit immobilier des banques de l’UE
  • Comment emprunter ?
  • Taux applicables et garantis obligatoires
  • Quelle assurance emprunteur souscrire ?
  • Attention aux frais supplémentaires !

Le crédit immobilier des banques de l’UE :

pret-etranger2
Emprunter à l’étranger pour financer l’acquisition d’un bien immobilier en France est possible. Les Français peuvent toujours demander un prêt bancaire auprès d’une institution financière appartenant aux pays de l’Union européenne ou à tout autre pays du monde. Reste à savoir qu’il ne faut pas rester aussi fidèle à ses politiques d’emprunt locales. En effet, à chaque pays ses propres règles d’octroi de prêt immobilier, notamment si vous empruntez en dehors de la zone euro.

Constitution du dossier d’emprunt :

Nous tenons à vous informer d’emblée que si vous allez emprunter dans un pays membre de l’UE, alors heureusement pour vous. Les procédures et les formalités d’emprunt sont pour la plupart similaires, depuis le montage du dossier jusqu’aux modalités de remboursement. Ainsi, comme en France, vous devez commencer par la mise en place d’une demande de crédit accompagnée de toutes les pièces requises pour la vérification de la situation financière et de la solvabilité. Et quoique les exigences soient parfois adoucies par certaines banques étrangères, des justificatifs comme les fiches de paye et les avis d’impositions sont de règle. N’oublions pas que ces pays ont le droit d’accès aux Fichiers de la Banque de France.

Ensuite, vous devez vous déplacer sur place pour le dépôt de votre dossier, ou si l’organisme prêteur le permet, faire votre demande directement en ligne. Dans tous les cas de figure, des garanties personnelles solides sont toujours demandées à une personne emprunteuse étrangère. Ainsi, à défaut d’un apport personnel conséquent, il n’est pas rare de vous demander une mise en hypothèque du bien immobilier dont vous rêvez.

Attention au problème de la langue !

Vouloir emprunter en dehors des banques locales vous demandera certainement une connaissance de la langue de votre organisme prêteur étranger. Cela vous permettra de comprendre correctement les informations transmises par ce dernier concernant son offre de prêt. Et en cas d’acceptation, cela vous permettra d’être également conscient de toutes les clauses de votre contrat de crédit. Pour ce faire, n’hésitez pas à vous référer à l’un des traducteurs agréés dont vous pouvez trouver la liste dans les ambassades de France à l’étranger. Cela vous garantira une meilleure fiabilité des prestations rendues.

Comment emprunter ?

Chercher à obtenir un crédit immobilier à l’étranger malgré la baisse actuelle des prix sur le marché français ne pourra avoir pour cause que la quête de modalités d’emprunt meilleures. En effet, la concurrence des banques européennes agissant dans ce secteur est très intéressante du côté de l’emprunteur. Ce dernier doit nécessairement faire jouer cette concurrence et comparer plusieurs offres de crédit.

Bon à savoir dans ce cadre que si vous demandez votre prêt immobilier dans l’un des pays membres de l’UE, sachez qu’il sera soumis à la directive 2014/17/UE. Cela veut dire que votre banque emprunteuse est tenue de vous communiquer une fiche standardisée précontractuelle. Cette fiche inclura toutes les informations liées à son offre, notamment le TEG, le coût de l’assurance, la durée de remboursement et le montant des mensualités. À la réception de cette fiche, vous disposez d’un délai de réflexion légal pour accepter ou refuser l’offre en question.

Délai de réflexion lié au prêt immobilier à l’étranger :

Comme susmentionné, la souscription d’un prêt immobilier dans l’un des pays étrangers appartenant à l’Union européenne impose à l’établissement bancaire la mise en place de certaines informations utiles à l’étude de son offre de crédit par le client. Ensuite, la personne emprunteuse ne doit pas dépasser 10 jours ouvrables afin d’accepter les conditions générales de l’offre pour pouvoir libeller le contrat. Dans le cas de refus, elle doit en informer la banque par notification écrite avant ou au terme de ce délai de réflexion, conformément à la loi Scrivener. Cette loi du 10 janvier 1987 protège les consommateurs dans le cadre de la souscription de crédit à travers des règles impératives qui limitent la liberté contractuelle en matière de prêts immobiliers.

Taux applicables et garanties obligatoires :

La chute des prix de l’immobilier continue à la faveur des emprunteurs et de ceux qui veulent renégocier leurs prêts en France ou à l’étranger. Pour ce faire, nous tenons à vous conseiller de ne pas fonder votre comparaison entre les offres de crédits sur uniquement le taux d’intérêt que l’on vous propose. Si les TAEG mentionnés dans les offres de prêts que vous recevez des banques étrangères vous ressemblent réduits, alors il ne s’agit pas du seul critère à prendre en considération. Accordez également votre attention au coût de l’assurance emprunteur et à la durée de remboursement.

En revanche, dans certains pays européens, la possibilité de payer votre crédit d’une manière anticipée ou de rembourser à un taux fixe n’existe pas. Rappelons-nous que le taux variable est une alternative qui peut se révéler économique ou très mauvaise, selon la variation de l’indice de référence (voir notre article « Le crédit à taux variable »). Pour cela, vous devez nécessairement vous renseigner sur l’index du taux et s’il s’agit d’un taux fixe ou variable afin de mieux gérer vos mensualités. Heureusement pour vous, qu’il existe une disposition européenne qui oblige toutes les institutions bancaires à afficher le TAEG sur leurs offres de crédit.

La mise en hypothèque est-elle obligatoire ?

Les conditions d’accès au prêt immobilier appliquées par les banques étrangères inclurent toujours la mise en place de solides garanties personnelles. Votre situation professionnelle, votre revenu stable et régulier et votre éventuel apport personnel vous permettront peut-être de négocier des conditions contractuelles avantageuses. Mais, à contrario, hypothéquer votre bien immobilier sera une garantie obligatoire pour obtenir les sommes sollicitées.

Attention cependant, dans le cas d’une hypothèque, uniquement un notaire français est habilité à l’établir. Assurez-vous de ses connaissances linguistiques irréprochables quant à la langue de votre prêteur étranger. Attention également au taux de change si vous demandez votre crédit dans une monnaie autre que l’euro, car la valeur de votre bien peut devenir remarquablement différente.

Quelle assurance emprunteur souscrire ?

Pour emprunter à l’étranger afin de financer l’achat d’un bien immobilier en France, la souscription d’un contrat d’assurance emprunteur (invalidité, perte d’autonomie, décès, etc.) est conseillée, et parfois obligatoire. Pour ainsi, les banques inclurent généralement une offre d’assurance groupe dans leurs propositions de crédit afin de protéger leurs clients contre les éventuels accidents pouvant empêcher les remboursements à échéance. En effet, une offre d’assurance émise par la banque étrangère demeure valable pour une durée de 30 jours calendaires à partir de la date de réception par le client. Ce dernier détient de 10 jours calendaires afin qu’il accepte l’offre et qu’il en informe sa banque prêteuse.

Comment choisir le meilleur contrat d’assurance ?

Puisque les tarifs d’assurance proposés pour les emprunteurs étrangers sont toujours majorés, certains emprunteurs optent pour un contrat d’assurance individuelle qui répond strictement à leurs besoins personnalisés. Les garanties incluses dans l’offre du crédit couvrent les risques encourus par la totalité des clients étrangers qui ne peuvent pas coïncider nécessairement avec les vôtres (nature de profession et mode de vie différents). Sachez dans ce cas que votre prêteur peut vous exiger une assurance, mais ne peut pas vous l’imposer. L’essentiel étant de choisir un contrat qui garantit le même niveau de couverture que celui proposé par votre banque.

Note : rendez-vous sur Internet et faites comparer les offres d’assurance dédiées aux emprunteurs étrangers, car c’est de cette manière que vous pouvez décrocher les meilleurs tarifs.

Attention aux frais supplémentaires !

Lorsque vous désirez financer l’achat de votre bien immobilier par un crédit obtenu d’une banque étrangère, pensez à emprunter dans un pays de l’UE. Cela vous évitera d’éventuels frais supplémentaires liés principalement au taux de change et au risque de variation. En effet, en payant votre prêt en devise étrangère, vous devez régler le taux de change pendant toute la période de remboursement, et la différence entre la conversion de monnaie qui s’avère parfois très importante.

Ainsi, d’autres frais s’ajoutent au capital réellement emprunté et impactent le montant de vos mensualités. Ensuite, en empruntant en francs suisses par exemple, et en remboursant dans cette même devise, vous ne pouvez pas être à l’abri des fluctuations du marché économique, car de fortes variations peuvent toujours avoir lieu.

Les risques d’un prêt en monnaie étrangère :

Afin de ne pas être soumis aux taux de change qui fluctuent régulièrement, nous vous conseillons de les faire intégrer dans le montant total à rembourser. Ensuite, vous négocier vos mensualités avec un taux un peu plus élevé, en fonction de votre capacité d’endettement bien évidemment. Il est convenu de savoir que la plupart des banques qui octroient des crédits immobiliers en devises proposent ce type de service. Il s’agit de déterminer le taux de change pour un montant précis sans tenir compte d’éventuelles variations.

Reste à savoir que l’inconvénient majeur de ce service est que plus la durée de remboursement est longue, plus le crédit coûte cher. Dans le cas contraire, une montée brusque de la monnaie étrangère risquerait de déséquilibrer votre budget et de vous empêcher de gérer sereinement vos échéances. En matière de crédit immobilier dans un pays étranger, renégocier les taux ou le montant des mensualités est une affaire de galère réelle !

Laisser un commentaire