Credimania » Crédit Auto » Crédit auto pour interdit bancaire (FICP), chômeur et RSA

Crédit auto pour interdit bancaire (FICP), chômeur et RSA

Trouver un crédit pour financer l’achat d’une voiture en étant interdit bancaire paraît être une affaire très compliquée, voire même impossible pour les difficultés que l’emprunteur pourrait rencontrer auprès de son établissement prêteur. De même, pour les prétendants listés sur les fichiers de la Banque de France ou ayant des ressources personnelles limitées comme les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) ou les chômeurs. Ces personnes optent souvent pour un tel investissement afin de pouvoir se déplacer, chercher un nouvel emploi ou poursuivre une formation professionnelle. Alors il est rare qu’elles achètent dans le neuf même en ayant recours à un crédit, car actuellement une voiture neuve coûte toujours une fortune ! Comment arrive-t-on alors à devenir le propriétaire d’une automobile sans avoir à sa possession beaucoup d’argent ?

Sommaire :

  • Les difficultés de crédit pour un emprunteur sans argent ou interdit bancaire.
  • Le crédit auto pour les propriétaires de leur logement.
  • Le microcrédit social pour les petits revenus.
  • Les organismes et les associations d’aide pour l’obtention d’une voiture.
  • Location de voitures en leasing pour les interdits bancaires.

Les difficultés de crédit pour un emprunteur sans argent ou interdit bancaire :

Un prétendant au crédit bancaire étant en situation de surendettement ou n’ayant pas un salaire conséquent, stable et régulier trouve certainement des difficultés à obtenir le financement souhaité pour l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion. Les établissements financiers étant très concurrentiels sur ce marché n’hésitent pas, cependant, à demander de solides garanties personnelles afin d’éviter les éventuelles défaillances des emprunteurs. La principale garantie pour une banque ou une société de crédit demeure toujours le niveau des revenus personnels, ce qui est limité chez les bénéficiaires du RSA par exemple. Ces personnes qui présentent une précarité de remboursement sont le plus souvent refusées par les établissements bancaires et les sociétés de financement.

Peut-on emprunter en tant qu’interdit bancaire ?

Les interdits de la Banque de France, que cela soit pour un incident de paiement ou pour livraison de chèques sans provision constituent eux aussi les profils les plus risqués lorsqu’il s’agit de souscription d’un crédit automobile. Sur le plan pratique, ces personnes étant souscrites sur les fichiers FICP ou FCC de la BDF sont privées de leur droit de souscription de nouveaux crédits pour la situation d’insolvabilité dans laquelle elles se trouvent, et ce pour une durée minimale de cinq ans. Décrocher un crédit auto est dans ce cas très difficile à moins de trouver un organisme prêteur qui accepte d’être tenu responsable des non-paiements. Autrement, procéder au défichage bancaire demeure la solution la plus appropriée afin de reprendre, d’une part, l’usage de ses moyens de paiement usuels (chéquier et carte bancaire) et de pouvoir, d’autre part, obtenir un crédit pour voiture.

Le crédit auto pour les propriétaires de leur logement :

Lorsqu’on est propriétaire de son logement, les choses peuvent devenir moins compliquées, quoiqu’il s’agisse d’un investissement à étudier de près de la part du prétendant. En effet, hypothéquer sa maison pour avoir un crédit auto en tant qu’interdit bancaire pourra servir d’une garantie solide pour convaincre le banquier de la solvabilité du débiteur. Celui-ci doit avant tout étudier les risques qu’il pourra rencontrer en cas de non-paiement dans la mesure où le prêteur n’hésitera pas à lui faire ôter son logement. Le prêt octroyé ne dépend pas désormais des revenus du bénéficiaire, mais tout simplement de la valeur même de son bien immobilier. Le danger qui existe vraiment c’est d’emprunter au-delà de ses capacités de remboursement et de se retrouver de nouveau dans l’impossibilité de gérer ses dettes.

Cependant, il n’existe aucun risque du côté de l’organisme de crédit étant à l’abri de tout mauvais remboursement grâce à la garantie prise sur la résidence principale de l’emprunteur concerné. L’option de la mise en hypothèque de sa résidence principale pour l’achat d’une voiture, même d’occasion, est alors à considérer quoiqu’elle présente une faveur par rapport à ceux qui sont locataires de leurs logements. Cette opération qui augmente les chances d’obtenir un crédit bancaire malgré la précarité de la situation financière des prétendants coûte également de l’argent et entraîne des coûts supplémentaires liés aux frais d’inscription au Bureau des hypothèques et aux frais du notaire.

Le microcrédit social pour les petits revenus :

Acheter une auto avec de petits moyens financiers et sans apport personnel lorsqu’on est allocataire du RSA ou chômeur peut être possible avec l’obtention d’un microcrédit social. Même s’il s’agit, comme son nom l’indique, d’un mini-prêt, il parvient à financer l’achat d’une voiture d’occasion ou d’un deux-roues qui reste indispensable pour retrouver un travail et se réintégrer sur le plan social et professionnel. L’obtention d’un microcrédit est accessible à tous les prétendants qui ne peuvent pas décrocher des crédits classiques, à condition d’avoir de petits revenus, assez limités qu’ils soient, afin de payer les mensualités souvent adaptées à leurs capacités de paiement modestes. Être au chômage peut certainement fermer les portes des établissements bancaires, mais ne pourra pas présenter un frein financier lorsqu’on a un besoin urgent d’acheter une voiture. L’essentiel est de trouver une automobile qui ne dépasse pas le budget de 1 500 à 3 000 €.

Comment obtenir un microcrédit pour voiture ?

Bon à savoir que le montant d’un microcrédit personnel ou social peut s’élever dans certaines situations à 12 000 euros, et servir à la réparation ou à l’achat d’une voiture. Pour l’obtenir, il faut obligatoirement passer par un organisme accompagnateur appelé également un acteur associatif. Ce dernier représente un intermédiaire entre le prétendant au microcrédit et l’organisme prêteur ayant refusé d’octroyer le prêt, faute de solvabilité. C’est ainsi que l’accompagnateur se porte garant devant la banque et permet d’éviter le risque d’un éventuel non-paiement. En cas d’un avis favorable, c’est lui qui se charge de suivre le déroulement des remboursements avec le bénéficiaire du mini-prêt. Parmi les organismes que vous pouvez solliciter pour vous accompagner dans un microcrédit, nous pouvons vous orienter vers :

  • Le Crédit Municipal de Paris.
  • La Banque Populaire Atlantique.
  • Le Secours Populaire.
  • Le Pôle Emploi.
  • Le Crédit Agricole.
  • Le Parcours Confiance.
  • Les Familles Rurales.
  • Le Croix Rouge, etc.

Les organismes et les associations d’aide pour l’obtention d’une voiture :

Puisque la souscription à l’un des fichiers de la Banque de France entraîne inévitablement l’impossibilité de souscrire de nouveaux prêts avant le paiement intégral de toutes les sommes dues ; et puisque les organismes de crédit ferment souvent leurs portes devant les emprunteurs qui ne peuvent pas faire preuve de solvabilité, notamment ceux qui perçoivent les minima sociaux, le rôle des organismes et associations d’aide pour l’obtention d’une voiture s’avère très important. Ces aides sont particulièrement dédiées aux plus démunis, ceux qui ne peuvent pas accéder aux produits financiers des banques traditionnelles. Et quoiqu’elles ne permettent pas d’acheter une automobile neuve, elles aident certainement à acquérir une voiture d’occasion ou à réparer un véhicule en panne.

Aide à la mobilité du Pôle Emploi :

Si vous voulez acheter une voiture afin de vous rendre à votre travail, votre formation professionnelle, concours ou entretien d’embauche, alors le Pôle Emploi vous aide à vous déplacer en prenant en charge le tout ou une partie des frais engagés. Vous pouvez bénéficier avec l’aide à la mobilité d’une prise en charge des frais de repas et des frais d’hébergement dans la limite d’un plafond annuel de 5 000 €. Mieux encore, si vous êtes âgé de moins de 26 ans et si vous venez de décrocher un contrat de travail de 3 mois, alors vous pouvez percevoir une aide de 800 €. Cela vous permettra d’acheter un scooter, de réparer votre voiture ou même de payer les échéances de l’assurance auto en retard. Trouvez de plus amples informations sur le site officiel : www.pole-emploi.fr.

Le prêt préventif et l’aide au déplacement de la CAF :

La Caisse d’Allocation Familiale est également très active pour aider les personnes de faibles revenus à trouver des solutions rapides de financement. Avec un prêt préventif de 1 250 €, vous pouvez investir dans un véhicule d’occasion. De même, une aide au déplacement d’un montant de 600 € peut vous aider à régler les frais de transport, à réparer votre automobile en panne ou à louer une voiture pour toute la famille. Il est également possible avec la CAF de bénéficier d’un prêt d’honneur à taux 0 % à condition d’apporter tous les justificatifs requis pour le besoin urgent d’une voiture. Vérifiez vos droits d’éligibilité sur le site Web : www.caf.fr.

Le projet d’Aid’ Auto :

Cette association a pour principale vocation d’aider les personnes en précarité financière, tout comme les interdits bancaires, les sans emploie et les allocataires de RSA, à avoir une voiture afin de se déplacer. En effet, l’Aid’ Auto permet de louer des voitures aux personnes qui doivent aller au travail ou assister à une formation à seulement 23 € par jour, et ce quel que soit le trajet parcouru. En pratique, le bénéficiaire de cette aide ne paye que 5 € uniquement, car ce sont les donateurs de l’association qui prennent en charge le reste des sommes dues. Il s’agit d’un projet intéressant pour les personnes dans l’impossibilité de se prétendre au crédit auto classique. Découvrez les autres actions solidaires de l’association en vous connectant à son site Internet : www.aide-auto.com.

Les aides du Garage Solidaire :

La mission du Garage Solidaire est de favoriser l’accès à la mobilité aux personnes ayant de faibles ressources personnelles, et donc à améliorer leurs chances de décrocher un emploi meilleur. Le garage permet de louer des voitures à seulement 5 € par jour, à effectuer des réparations à des tarifs accessibles aux petits budgets et encore de vendre des voitures à des prix abordables après avoir effectué leur contrôle technique. En effet, d’autres services du Garage Solidaire sont particulièrement réservés aux personnes qui perçoivent les minima sociaux et qui peuvent examiner leurs voitures en panne gratuitement, après la validation d’un travailleur social. De même, les usagers du garage, ayant des revenus modestes, peuvent bénéficier d’un microcrédit de l’ordre de 1 200 à 2500 € de la part du Crédit Agricole. À mieux découvrir sur : www.garagesolidare.fr.

Les dons des Autos du Cœur :

Association à but humanitaire, les Autos du Cœur favorise l’accès à l’emploi aux personnes à faibles revenus en leu procurant un moyen de transport indispensable à leur déplacement qui est la voiture. Solide par les dons de ses bénévoles qui donnent leurs anciennes voitures à des personnes qui ont en besoin afin de pouvoir chercher un travail ou exercer un emploi loin de chez eux, l’association parvient ainsi à sauver la vie de plusieurs familles modestes. Elle leur propose des voitures entièrement révisées à des prix très bas afin de permettre leur insertion sur le plan professionnel. Des services après-vente et des possibilités de microcrédit personnel sont disponibles sur le site Web de l’association : lesautoducoeur.fr.

Location de voiture en leasing pour les interdits bancaires :

Différents dispositifs sont disponibles en leasing lorsqu’il s’avère compliqué d’acheter une voiture avec crédit pour interdiction bancaire ou pour manque de solvabilité. La location avec option d’achat (LOA) ou la location longue durée (LLD) font ainsi un bon ménage pour une personne listée sur le Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux particuliers (FICP) par exemple après avoir refusé sa demande de crédit auto classique. Une personne qui perçoit le RSA ou une personne fichée à la Banque de France peut certainement se trouver dans le besoin urgent d’une voiture pour se déplacer, alors c’est la location en leasing qui s’avère l’une des solutions accessibles pour des personnes exclues du cercle classique des établissements bancaires.

Cependant, souscrire un contrat de location avec option d’achat par exemple nécessite l’intervention d’un établissement de crédit qui finance l’opération souvent pour une durée comprise entre 2 et 5 ans. Dans ce cas-là, il est impossible à un interdit bancaire en France de conclure un LOA qui est considéré comme étant un crédit, même s’il dispose de ressources personnelles conséquentes. C’est pour cette raison que plusieurs interdits bancaires préfèrent de contracter un leasing à l’étranger, particulièrement en Suisse.

Le leasing à l’étranger :

En Suisse, comme dans beaucoup d’autres pays de l’autre côté de la frontière française, il existe deux façons de louer une voiture en leasing, à savoir la location avec option d’achat (LOA) et la location longue durée (LLD). La seconde permet au souscripteur du contrat d’acheter la voiture vers la fin de la période de location avec un prix prédéfini d’avance. Et quoique le fichage bancaire ne présente pas un obstacle pour procéder à l’opération de location, l’organisme étranger va étudier de près les revenus mensuels du locataire de voiture, ses crédits en cours et notamment son taux d’endettement. Dans ce cas-là, la personne interdite bancaire doit se présenter en personne et fournir toutes les pièces justificatives nécessaires afin de pouvoir repartir avec la voiture souhaitée en France.

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !