Credimania » Obtenir un crédit » Le microcrédit pour interdit bancaire

Le microcrédit pour interdit bancaire

Vous êtes inscrit sur le FICP après non-paiement de deux échéances consécutives ? Aucune banque n’accepte de vous accorder un nouveau prêt parce que vous avez manqué à vos engagements de remboursement ? Ne perdez pas espoir. Évidemment, vous ne souhaitez pas investir dans l’immobilier. Mais, vous pouvez faire face à vos besoins d’argent en urgence grâce à un micro prêt. Le microcrédit pour interdit bancaire est une solution de financement en dehors des banques qui est spécialement conçue pour vous.

Sommaire :

  • Le microcrédit professionnel pour interdit bancaire
  • L’ADIE et le micro prêt professionnel
  • Le micro prêt personnel ou social pour FICP
  • Le rôle des associations d’accompagnement

micro crédit ficp et fcc

Le microcrédit professionnel pour interdit bancaire :

L’inscription sur le Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers entraîne l’incapacité de souscrire de nouveaux crédits bancaires. Après cette sanction qui ne peut être levée avant le paiement intégral de toutes les sommes dues, un particulier peut se trouver dans une situation très difficile. Et ce, pour une période de 5 à 8 ans selon le plan envisagé par la Commission de surendettement. Heureusement que d’autres solutions concernent les interdits bancaires en dehors des banques. Nous parlons notamment du microcrédit. Le dispositif peut aider à créer son propre emploi et trouver de nouvelles sources d’argent. On parle dans ce cas d’un micro prêt professionnel.

Montant, durée et modalités de paiement :

Le montant accordé dans le cadre d’un microcrédit pour le financement d’un emploi peut aller jusqu’à 10 000 €. Il peut être payé sur une durée de 6 à 48 mois selon le type de l’activité pratiquée. Le montant des mensualités dépend de la durée de paiement et des sommes allouées. Les associations spécialisées dans le microcrédit professionnel mettent souvent à disposition des simulateurs qui précisent le coût total de chaque prêt. L’avantage majeur de ce type de crédit est qu’il est octroyé avec un taux fixe. Celui-ci oscille entre 6.69 et 7.63 %. Le paiement des fonds se fait par prélèvement direct sur le compte bancaire du bénéficiaire. Les échéances sont alors prédéfinies avant la signature du contrat.

L’ADIE et le micro prêt professionnel :

Parmi les associations les plus fameuses en France qui proposent le microcrédit professionnel aux interdits bancaires est l’ADIE. Depuis 1989, l’association finance les projets de création d’entreprises des personnes exclues du système bancaire. Elle a pour principale mission la réinsertion sociale des personnes qui veulent prendre l’initiative de créer leur propre emploi. Cela intéresse beaucoup les interdits bancaires ayant manqué à leurs obligations et qui ne peuvent plus souscrire un crédit professionnel classique. Ces débiteurs ont bel et bien besoin d’un coup de pouce afin de sortir de la difficulté financière à laquelle ils se sont confrontés. À travers un mini prêt professionnel, l’ADIE parvient à leur donner une deuxième chance pour gérer leurs dépenses au quotidien.

En effet, l’avantage majeur des services de l’ADIE est qu’ils ne se limitent pas au financement. L’association finance, accompagne et contribue à améliorer la situation professionnelle, budgétaire et sociale des personnes en précarité financière.

Comment obtenir un microcrédit de l’ADIE ?

La première règle à respecter avant de demander un micro prêt professionnel est de se fixer un projet précis et rentable. Ensuite, il faut savoir convaincre de se rentabilité, car il ne s’agit pas du seul projet proposé à l’ADIE. L’association soumet les différentes propositions sous une concurrence acharnée entre les candidats. C’est plutôt le projet le plus sérieux et le plus fiable qui sera admis. Il est intéressant de savoir cependant que ce type de financement est destiné à tous les types d’activité. Et ce, dans tous les domaines.

Pour en bénéficier, il suffit de faire une demande de micro prêt auprès de l’ADIE. Cela pourrait être dans l’une des 135 agences de proximité de l’organisme ou directement en ligne. Dans les deux cas, il faut rassembler tous les documents requis pour la demande du crédit.

Les conditions d’octroi d’un microcrédit professionnel :

Afin que l’ADIE accepte d’étudier votre demande de crédit, vous devez répondre à certaines conditions d’éligibilité. Ces critères peuvent être résumés dans les principaux points suivants :

  • Vous ne devez pas avoir le droit d’accès au crédit bancaire.
  • Le microcrédit doit financer un projet de type professionnel.
  • La durée du prêt dont vous voulez bénéficier ne doit pas excéder 60 mois.
  • Vous ne devez pas demander un montant supérieur à 10 000 €.
  • Vous devez avoir recours à une de votre entourage qui se porte caution à hauteur du 50 % des sommes allouées (à la limite de 3 000 €).

Si vous choisissez de faire passe votre demande en ligne, vous devez préparer aussi un plan de financement simplifié. Il doit correspondre à la répartition du micro prêt accordé par l’ADIE. De même, vous devez établir une estimation de votre apport personnel afin de juger de la rentabilité de votre activité professionnelle.

Le micro prêt personnel ou social pour FICP :

Le microcrédit personnel ou social est un autre type de micro financement qui sert de réaliser tous les types de projets, sauf professionnels. Comme son nom l’indique, il permet la réinsertion de personnes qui se trouvent en situation financière précaire. Ceux qui ne peuvent pas emprunter auprès des banques dites traditionnelles. Que ce la soit faute de revenus importants ou pour manquement aux obligations de paiement. Comme c’est le cas des interdits bancaires, ceux que les banques refusent souvent. Le microcrédit est dans ce cas une deuxième chance attribuée aux personnes qui disposent d’une capacité de paiement, assez faible qu’elle soit. Le dispositif est aussi une solution idéale de secours face à un besoin d’argent urgent.

Reste à savoir que l’obtention d’un micro prêt social est faite à travers le passage obligatoire d’un organisme social. Ces organismes qui, grâce à leurs bénévoles, étudient la situation financière du prétendant. Ils servent d’intermédiaire entre l’emprunteur et la banque spécialisée dans l’octroi du prêt. Ensuite, ils accompagnent le bénéficiaire dans son parcours d’endettement. Et ce, depuis le montage du dossier de demande jusqu’au paiement. C’est pour cela qu’ils sont dits les associations d’accompagnement.

Les projets éligibles au microcrédit personnel pour FICP :

Le micro prêt personnel est spécialement conçu pour les personnes exclues du système des banques, mais qui disposent d’une capacité de paiement. Les sans emploi, les minima sociaux et les interdits bancaires sont les plus concernés par le dispositif. Ceux-ci peuvent réaliser plusieurs types de projets grâce à un petit prêt de 300 à 3 000 €. Le montant peut dans certains cas grimper à 5 000 € ou plus. Voici alors quelques exemples de projets éligibles au financement :

  • Mobilité: acheter une voiture d’occasion ou préparer sa voiture actuelle afin de pouvoir travailler ou chercher un travail.
  • Formation: Continuer ses études, avoir son permis de conduire, avoir son diplôme professionnel, etc.
  • Logement: réaliser des travaux d’amélioration, déménager, payer les factures de consommation d’énergie, etc.
  • Santé: faire face aux frais liés à la santé (soins dentaires, optiques, hospitalisation, accouchement, etc.).
  • Équipement: acheter un équipement informatique ou électroménager de première nécessité.

Important :

Une personne fichée à la Banque de France ne peut pas utiliser son microcrédit social afin de financer un projet de type professionnel. De même, elle ne peut pas racheter des dettes en cours ou payer des découverts grâce à ce type de financement.

Nous tenons à vous informer aussi qu’il ne s’agit pas d’une aide sociale ou d’un don. Le microcrédit est pareil à un prêt bancaire classique. Il engage son souscripteur au paiement des sommes dues. Et c’est pour cela que l’accompagnement social est obligatoire pour aider le bénéficiaire interdit bancaire à tenir à ses obligations.

Le rôle des associations d’accompagnement :

Nombreuses sont les associations qui accordent le microcrédit social en France. Ces organismes qui ont pour principal rôle d’aider la personne interdite bancaire à obtenir un nouveau prêt. C’est elles qui en font la demande auprès de la BDF et ensuite la banque prêteuse. Mais, c’est elles aussi qui l’accompagnent afin de réussir à payer son emprunt. Face à la sanction bancaire attribuée à un FICP, cela présente une seconde chance pour qu’il rebondisse.

Comment une association vous aide-t-elle à obtenir un microcrédit social ?

Si vous êtes interdit bancaire qui veut souscrire un nouveau petit prêt, alors vous devez contacter une association nationale ou régionale à vocation sociale. Après prise de rendez-vous avec un conseiller, vous devez lui fournir les documents suivants :

  • Une lettre qui détaille votre besoin indispensable pour l’acquisition d’un bien ou d’un service.
  • Un devis lié à l’achat qui doit être compris entre 300 et 3000 € (5 000 € dans des cas exceptionnels).

Ensuite, c’est le conseiller bénévole qui se charge de l’étude de votre dossier. C’est lui qui formule la demande afin de la soumettre à la Banque de France pour une confirmation définitive. Vous devez alors attendre de 2 à 3 semaines avant de recevoir l’accord de la BDF. À noter que c’est votre conseiller qui vous informe de cet avis. En cas de validation du microcrédit, il se charge aussi de l’envie de votre dossier à la banque partenaire. C’est cette dernière qui vous versera les sommes sollicitées.

En pratique, la procédure d’obtention d’un microcrédit social dure au moins 2 mois depuis la prise de contact avec l’association, jusqu’au déblocage des fonds par la banque.

Le Crédit Municipal de Paris :

Le mini prêt proposé par le Crédit Municipal de Paris est un micro financement qui s’adapte parfaitement aux capacités de l’interdit bancaire. D’un montant égal ou inférieur à 3 000 €, il est payé sur une durée maximale de 3 ans. D’un taux d’intérêt fixe à 4,08 %, il n’inclut aucun frais supplémentaire (dossier, remboursement anticipé). Pour en bénéficier, il faut répondre aux conditions suivantes :

  • Avoir un projet personnel bien précis à financer.
  • Avoir une capacité de paiement, même si elle est minime.
  • Habiter Paris Île-de-France.

Comme tout autre prêt, afin de constituer un dossier de demande à déposer auprès de l’organisme, il faut réunir les justificatifs suivants :

  • Une pièce d’identité valide.
  • Un plan détaillé du projet/besoin.
  • Les 3 dernières fiches de paie.
  • Les 3 derniers relevés mensuels des comptes bancaires.
  • La dernière quittance de loyer.
  • Les contrats de crédits en cours.

Le point solutions surendettement :

Il s’agit d’un nouveau service proposé aux Parisiens par le Crédit Municipal. Il s’adresse en particulier aux personnes qui sont dans une situation de surendettement. Les accompagnateurs bénévoles de l’organisme aident la personne concernée à :

  • Optimiser la gestion de son budget.
  • Maîtriser les dépenses.
  • Faire valoir ses droits aux différentes aides et prestations sociales.

L’objectif du point solutions surendettement est aussi d’aider une personne surendettée à retrouver son équilibre. Et ce, en l’accompagnant aussi dans les démarches devant les tribunaux et la Commission de surendettement.

L’Union Départementale des Associations Familiales (UDAF) :

udafL’UDAF est une association de microcrédit qui agit en particulier pour les personnes en situation de précarité. Se spécialisant dans le micro prêt social, elle apporte son aide aux personnes exclues du système bancaire après un accident de la vie. C’est elle qui s’occupe du dépôt du dossier de demande auprès de la banque partenaire. Mais aussi, elle se charge de toutes les procédures auprès de la Banque de France. Et ce, pour les personnes interdites bancaires qui sont privées de la souscription d’un nouveau crédit.

Elle envoie le dossier à la Commission de surendettement afin d’avoir son approbation pour la demande d’un microcrédit. En cas d’avis favorable, elle envoie le dossier de demande à la banque afin de solliciter le montant convenu avec le prétendant. Et ce, à travers ses conseillers qui accompagnent le bénéficiaire pendant toutes les démarches nécessaires. C’est eux qui font directement les demandes, qui suivent le versement des fonds et aussi le remboursement final.

Caractéristiques du microcrédit de l’UDAF :

Le microcrédit social accordé par l’UDAF est d’un taux d’intérêt égal à 0 %. Il est payable sur une durée moyenne de 3 ans. Son montant maximal est de 3000 €, mais qui peut aller à 5000 € dans des cas exceptionnels. Nous tenons à vous informer qu’il existe 100 UDAF, une par département. Alors, pour la prise de rendez-vous avec un conseiller, vous devez vous rendre à celle étant la plus proche de chez vous. Trouvez ci-dessous les contacts de l’UDAF de Paris à titre d’exemple :

Siège social : 28, place Saint-Georges
75 009 Paris
Tél. : 01 48 74 80 74
Fax : 01 44 53 49 32
E-mail : microcreditsocial@udaf75.fr

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !