Credimania » Obtenir un crédit » Comment faire un microcrédit social ou personnel ?

Comment faire un microcrédit social ou personnel ?

Le microcrédit est un dispositif financier récent en France, mais qui subit un développement croissant au cours de ces dernières années et qui aide certaines familles à maintenir les conditions de leur vie, d’autres à se réintégrer sur le plan social. Ces ménages ont généralement des revenus limités, mais un reste à vivre qui leur permet de rembourser un tel petit prêt dont les mensualités sont faibles et adaptées à leurs capacités de remboursement. En effet, plusieurs objets et projets personnels peuvent être financés par un microcrédit social ou personnel, l’essentiel étant de convaincre le conseiller de l’organisme accompagnant de votre crédibilité et de votre besoin urgent d’argent.

Sommaire :

Le microcrédit : définition

Il s’agit d’un véritable coup de pouce pour les personnes ayant des ressources limitées, mais qui sont dans le besoin de financer un objet ou un projet personnel ou pour la consommation. Il ne s’agit pas de particuliers pouvant avoir accès aux crédits bancaires classiques, ni de personnes définitivement exclues du cercle des prêts pour une très grande précarité financière (surendettement par exemple). Il s’agit d’une alternative qui se situe entre ces deux cas de figure et qui permet à une personne ayant des capacités de remboursement, assez modestes qu’elles soient, de contracter un petit crédit. Ainsi, le dispositif du microcrédit social est pareil à un « levier » pour les personnes ayant un besoin urgent d’argent sur lequel un certain nombre de banques et plusieurs associations d’accompagnement sont actuellement très actives.

Crédit bancaire classique ou microcrédit ?

Comme nous le savons tous, les banques traditionnelles sont extrêmement vigilantes lorsqu’il s’agit d’octroi d’argent pour des prétendants n’ayant pas de salaires stables et réguliers, encore moins pour des personnes ne possédant pas un emploi fixe. C’est alors dans le cadre de la réinsertion sociale de cette catégorie de demandeurs d’emprunt que se situe le dispositif du microcrédit personnel. Il n’est pas rare, en effet, qu’une personne ayant des revenus limités se retrouve dans une précarité financière temporaire. Un problème qui ne peut pas être résolu par un crédit bancaire classique, faute de garanties. C’est à une association d’accompagnement au microcrédit qu’elle doit alors faire appel afin de préparer, ensemble, un dossier solide de demande de micro prêt social. À la présence de tous les critères d’attribution requis, nombreux sont les organismes en France qui peuvent vous aider à décrocher ce type de financement.

Note : contrairement à un microcrédit professionnel, le financement d’une micro entreprise ne peut pas être effectué par un microcrédit personnel.

Les caractéristiques du microcrédit personnel :

Comme son nom l’explique, un microcrédit est un petit prêt qui contribue au financement d’un objet ou d’un petit projet personnel dans la limite d’un montant équivalant à 3 000 euros et dans certains cas pouvant aller jusqu’à 12 000 euros. Son principe de fonctionnement est simple dans la mesure où il peut être remboursé sur une durée allant jusqu’à 36 mois selon de petites mensualités adaptées aux capacités de paiement du bénéficiaire. C’est-à-dire son revenu mensuel, son reste à vivre, ses charges en cours, la composition de son logement… Bref, des facteurs qui sont minutieusement étudiés par les bénévoles de l’organisme accompagnant avant dépôt du dossier du microcrédit auprès de la banque partenaire.

En outre, les taux d’intérêt appliqués sont faibles par rapport aux taux appliqués à un crédit à la consommation classique. Ils se situent généralement entre 1.5 et 4 % (contre 20 % pour un crédit renouvelable et 8 % pour un prêt personnel) selon la politique interne de la banque prêteuse.

Le remboursement d’un microcrédit :

Important à savoir dans ce cadre que le microcrédit accordé par un certain nombre de banques en France et soutenu par certaines associations d’accompagnement est très loin du concept des aides et de dons. Il s’agit d’une petite somme d’argent qui doit être remboursée selon des modalités de paiement précisément prédéfinies sur un contrat de crédit classique conclu entre l’organisme prêteur et le bénéficiaire. Celui-ci doit avant tout justifier de sa capacité de rembourser son crédit à la banque.

Dans le cas d’un incident de paiement, c’est-à-dire si le bénéficiaire du microcrédit ne parvient pas à payer trois mensualités consécutives de son argent dû, la banque concernée va se tourner vers la Caisse des Dépôts pour faire appel à la garantie étant de 50 % sur le capital restant dû. Ensuite, elle va alerter le conseiller de l’organisme d’accompagnement ayant étudié la situation du prétendant et aidé à monter un dossier solide pour l’obtention d’un microcrédit social.

Les points forts d’un microcrédit :

  • Aucuns frais de dossier ni frais annexes lors de la souscription.
  • Un taux d’intérêt fixe.
  • De faibles mensualités.
  • Une courte durée.
  • Possibilité de paiement anticipé dans le cas d’amélioration des conditions financières.
  • Un accompagnement personnalisé par un réseau d’accompagnement social agréé.

Qui peut en bénéficier ?

Le microcrédit est un dispositif financier exclusivement adapté aux personnes ayant un projet personnel essentiel, mais qui ne peuvent pas le financer par un crédit bancaire classique faute d’emploi fixe, de salaire régulier, d’apport personnel ou de caution. Sont inclus dans le cercle de cette catégorie de demandeurs d’emprunt les demandeurs d’emploi indemnisés, les allocataires de minima sociaux (RSA), les travailleurs intérimaires, les personnes âgées et les jeunes actifs ayant des revenus limités, etc. Ces personnes qui veulent prétendre au microcrédit social doivent bénéficier d’un accompagnement social auprès d’un réseau d’accompagnement qualifié. Attention, toutefois, le microcrédit ne peut pas être octroyé pour un prétendant qui ne dispose pas de capacités suffisantes de remboursement.

Important à savoir que les interdits bancaires, c’est-à-dire les particuliers listés sur les fichiers FICP et FCC de la Banque de France ne peuvent pas bénéficier d’un microcrédit personnel dans le cas où ils veulent régler ou racheter leurs dettes (ou découverts) en cours par le biais de ce financement. Ils peuvent, toutefois, en bénéficier, sous certaines conditions de ressources, afin de combler un besoin urgent d’argent (pour formation/logement/santé/équipement/mobilité/obsèques/séparation…) ou assurer le maintien de leur emploi ou de leurs conditions de vie.

Les projets qui peuvent être financés par un micro prêt :

L’une des conditions d’attribution d’un microcrédit les plus importantes est la présence d’un besoin essentiel d’argent dont la satisfaction peut contribuer à l’amélioration de la situation financière, personnelle ou sociale du futur bénéficiaire. Sont exclus alors de ce dispositif le remboursement de dettes en cours, les besoins en trésorerie, les découverts bancaires, et notamment le lancement d’une petite entreprise. Toutefois, l’achat d’une voiture est certainement très important à financer lorsqu’on est à la quête d’un travail, même chose pour l’achat d’une machine à laver, d’une chambre à coucher, d’un réfrigérateur-congélateur, de plaques chauffantes, ou de tout autre objet vital au quotidien lorsqu’on a une famille nombreuse.

De même, un micro prêt social peut également financer un projet de mobilité (réparer une voiture en panne ou acheter un scooter d’occasion), de problèmes de santé (des lunettes, des appareils auditifs, des soins non remboursés par la Sécurité sociale), de logement (déménagement, travaux d’amélioration, équipements), de formation (suivre une formation professionnelle ou avoir un permis de conduire), mais aussi les frais d’obsèques d’un membre de la famille, les frais d’avocat dans une affaire de divorce, ou tout autre investissement pouvant aider le futur bénéficiaire au maintien des conditions de la vie.

Les causes de refus d’attribution d’un microcrédit :

Comme tout autre crédit bancaire, le microcrédit est un dispositif financier soumis à certaines conditions d’attributions, dont notamment des conditions de ressources. Une association d’accompagnement peut dans certains cas ne pas accepter d’accompagner la personne dans ses procédures de demande de micro prêt pour l’une des raisons suivantes :

  • Un reste à vivre insuffisant pour rembourser le crédit, inutile alors d’endetter davantage la personne concernée et de fragiliser son budget et celui de sa famille.
  • Un projet personnel qui n’entre pas dans le cercle des investissements financés par le dispositif du microcrédit qui est avant tout réglementé par la Caisse des Dépôts.
  • Des revenus conséquents qui permettent de financer le projet d’une manière personnelle ou qui permettent d’avoir accès à un crédit bancaire classique.

Il existe, en effet, des facteurs à vérifier lors des entretiens téléphoniques ou physiques entre l’emprunteur et le bénévole social qui assure son accompagnement pour l’instruction de son dossier de microcrédit, mais aussi pour assurer le remboursement futur de la totalité du capital dû. Parmi ces facteurs, on peut citer la situation professionnelle de l’emprunteur (s’agit-il d’un travailleur temporaire ou d’un détenteur d’un CDI ?), sa situation familiale (nombre de personnes à charge, âge des enfants occupant le foyer fiscal) et sa situation financière (présence d’une épargne, d’un incident de paiement avec la banque, d’un crédit en cours).

Dans une deuxième phase de l’accompagnement, c’est au projet même que l’accompagnant va accorder la plus grande attention : existe-t-il un véritable besoin d’argent, ensuite, ya-t-il un reste à vivre suffisant pour pouvoir rembourser l’argent à échéance ? C’est en fonction de ces principaux éléments qu’un dossier de microcrédit puisse être validé ou bien refusé. Mais, nous nous intéressons dans ce cas à vous informer qu’il existe encore un dernier recours pour une personne en situation de précarité financière et dont le profil ne correspond pas au bénéficiaire du micro prêt social. C’est pratiquement vers le SOS Familles Emmaüs qu’elle doit se tourner.

Microcrédit et règlement de dettes par SOS Familles Emmaüs :

emmausDans sa vocation de réinsertion sociale et de lutte contre le surendettement, le SOS Familles Emmaüs s’engage à donner un coup de pouce aux familles qui sont en situation financière de mal endettement avec un risque de surendettement. Après étude de leur situation budgétaire, professionnelle et personnelle de la part des organismes d’accompagnement, ces personnes ayant contracté plusieurs crédits ou ayant rencontré un éventuel accident de la vie ne répondent généralement pas aux conditions d’attributions d’un microcrédit bancaire classique. Inutile alors de perdre espoir, car les réseaux sociaux qui ne trouvent pas de solutions financières pour elles peuvent les orienter vers le SOS Familles Emmaüs.

Caractéristiques du prêt accordé par le SOS Familles Emmaüs :

L’association a pour principale mission d’attribuer, loin des dons, de petits prêts à taux zéro dont la valeur varie entre 800 et 2 500 € à rembourser d’une manière progressive et compatible avec le budget limité des familles bénéficiaires. Cependant, il n’existe pas de sommes d’argent directement attribuées aux familles, c’est plutôt le SOS Familles Emmaüs qui règle directement les créances aux créanciers. De même, dans le cas d’acquisition d’un objet de première nécessité, c’est l’association qui se charge du paiement auprès du fournisseur !

Le prêt de SOS Familles Emmaüs, pour qui ?

Sont souvent concernées par le prêt à taux zéro de SOS Familles Emmaüs les personnes ayant rencontré un accident de la vie dont les conséquences ont fragilisé considérablement leurs budgets, et notamment leurs capacités de remboursement. De même, les personnes dont la totalité de leurs dettes dépasse la valeur de leur reste à vivre, c’est-à-dire celles qui sont sur le seuil du surendettement.

On parle particulièrement des personnes en situation de chômage (licenciement/incapacité professionnelle/accident/maladie), de divorce ou de séparation, celles qui ont beaucoup de charges en cours (crédit, loyer, facture d’eau et d’électricité, frais d’assurance maison, frais d’assurance santé ou de mutuelle), celles qui ne peuvent pas payer leurs impôts ou encore celles dans le besoin d’acheter un objet de première nécessité (une personne ayant un handicap, une famille nombreuse, un étudiant).

Le prêt de SOS Familles Emmaüs, pourquoi ?

L’association aide à reprendre la maîtrise du budget personnel et accompagne les familles d’une manière personnalisée afin qu’elles puissent rééquilibrer leur situation financière en analysant leurs dépenses et la totalité de leurs charges en cours par rapport à leurs revenus mensuels. Bon à savoir au final que l’association gère chaque année une cinquantaine de dossiers de personne en précarité financière.

Les organismes qui proposent le microcrédit social :

Différemment aux autres prêts que vous pouvez solliciter auprès des institutions bancaires, au lieu de vous adresser à une banque, vous devez plutôt vous diriger vers un organisme d’accompagnement social afin de préparer ensemble votre dossier de demande d’emprunt. Il s’agit notamment des associations agréées dont les bénévoles chargés du service d’accompagnement accueillent le prétendant au microcrédit d’une manière individualisée, étudient la faisabilité de son projet et l’aident au montage du dossier qu’il va présenter dans une étape suivante à la banque partenaire. Parmi les organismes qui agissent efficacement pour aider les particuliers à obtenir un microcrédit social, nous avons sélectionné pour vous :

L’Union nationale Des Associations Familiales :

Créée le 5 octobre 1945, l’UDAF est une association qui aide les familles les plus fragilisées par des précarités financières afin qu’elles puissent répondre à leurs besoins de première nécessité sur le plan social, économique, culturel et éducatif. L’un des domaines dans lesquels l’association intervient efficacement est le microcrédit personnel exclusivement réservé aux familles qui ont des ressources limitées et qui rencontrent des problèmes d’accès au secteur bancaire. Cela concerne notamment les demandeurs d’emploi, les travailleurs précaires (CDD, temps partiel, intérim), les bénéficiaires de minima sociaux (RSA) et les personnes en situation de surendettement ou d’interdiction bancaire.

Fonctionnement du microcrédit personnel de l’UDAF :

Le microcrédit de l’Union nationale Des Associations Familiales ne peut pas être utilisé afin de financer tout type de rachat de crédit ou de règlement de dettes ou de découverts, mais pour financer des objets et des projets aidant la personne à faire face à une difficulté budgétaire temporaire : payer le loyer, une formation professionnelle, un déménagement, un permis de conduire, adaptation d’un logement, mobilier ou équipement électroménager, etc. Le montant du crédit varie entre 300 et 3 000 euros en fonction du projet et des capacités de paiement du futur bénéficiaire. La durée de remboursement varie en fonction du montant octroyé, mais ne peut pas excéder les 36 mois dans tous les cas de figure.

Le rôle essentiel de l’association est d’accueillir le prétendent au microcrédit, de l’écouter, d’étudier ensemble la faisabilité de son projet, et notamment sa capacité de rembourser la banque prêteuse. Cet accompagnement personnalisé permet au futur bénéficiaire du prêt de se sentir en totale sécurité quant à la gestion de son budget, mais aussi dans sa relation avec le partenaire bancaire. Et dans le cas où la situation de l’emprunteur s’avère critique afin qu’il puisse obtenir un petit prêt (voir les causes de refus ci-dessus), l’UDAF se charge de l’orientation de la personne vers les produits financiers les plus convenables dans sa situation.

Contacter l’UDAF :

Un prétendant au microcrédit doit être obligatoirement accompagné par un acteur social agréé, afin de contacter l’Union nationale Des Associations Familiales, choisissez l’un des outils de contact suivants :

Siège social : 57, rue Bayard
BP 41212
31 012 TOULOUSE cedex 6
Tél. : 05 34 41 38 13/Fax : 05 34 41 38 13/Site Web : www.udaf31.fr

La France Active :

L’une des associations les plus actives dans le domaine de la micro finance et des acteurs primordiaux de l’économie sociale et solidaire est la France Active. Créée depuis plus de 25 ans, elle intervient actuellement afin de permettre aux particuliers ne pouvant pas avoir accès aux crédits à la consommation classiques de décrocher de petits prêts pour l’acquisition d’objet de première nécessité et de financer des projets souvent exclus des circuits de financement classiques. Le microcrédit de la France active vise alors à financer des projets portés par des demandeurs d’emploi, des travailleurs pauvres, des allocataires de minima sociaux, et des familles qui ont de faibles ressources.

Le rôle de la France Active en trois étapes :

Cet organisme d’accompagnement aide les porteurs de projets et les personnes en besoins urgents de trésorerie à travers trois phases essentielles, à savoir :

  • Expertise financière: le réseau d’accompagnement de l’association accueille la personne emprunteuse, évalue la viabilité du projet et confirme sa faisabilité. Il l’aide alors au montage du dossier de demande de micro prêt.
  • Intermédiation bancaire: une fois le dossier fut validé, le financement est accordé immédiatement par l’une des partenaires bancaires (Banques Populaires, Caisse d’épargne, Crédit Agricole, Crédit Coopératif, Crédit Mutuel, etc.).
  • Suivi après financement: la mission d’accompagnement de l’association ne se limite pas au niveau d’obtention du microcrédit social dans la mesure où l’emprunteur continue à bénéficier de l’appui de la France Active jusqu’au paiement intégral des sommes dues.

Les coordonnées de la France Active :

La France Active est présente sur l’ensemble du territoire français, n’hésitez pas à la contacter afin de découvrir l’agence la plus proche de chez vous.

Siège social : Tour 9 – 3, rue Franklin
93 100 Montreuil
Tél. : 01 53 24 26 26/Site Web : www.franceactive.org/E-mail : communication@franceactive.org

Note : nombreux sont les organismes qui peuvent vous accorder un accompagnement efficace au microcrédit comme l’ADIE, le Croix Rouge, le Parcours Confiance, les Restaurants du Cœur, etc. Vous pouvez en choisir selon la nature de votre projet et la localisation géographique de votre domicile afin de bénéficier de tous les services de proximité.

La mission des associations accompagnantes :

Quoique les banques traditionnelles agissent efficacement dans le cadre du microcrédit social, le rôle des organismes accompagnants demeure très important, car il ne s’agit pas du rôle classique d’un conseiller dans une agence bancaire. Il s’agit plutôt d’une mission d’accompagnement personnalisé pour le futur bénéficiaire du microcrédit depuis le montage d’un dossier solide jusqu’au paiement intégral des sommes dues. Il s’agit de l’étape instructive du dossier de demande du crédit qui peut rassurer le partenaire bancaire quant à la viabilité du projet prévu et à la solvabilité de la personne emprunteuse. Ensuite, comme cela est susmentionné, le rôle de ces associations ne se limite pas à l’étape d’accompagnement ou à celle d’obtention de financement, il s’achève plutôt après la satisfaction totale des besoins financiers de l’emprunteur et la réalisation avec succès de son projet.

Le passage par un réseau social d’accompagnement est alors fondamental dans une expérience de microcrédit social dans la mesure où même dans le cas d’un prétendant qui n’obéit pas aux critères d’attribution d’un tel dispositif financier, et après étude de sa situation personnelle et professionnelle, d’autres solutions de financement peuvent être mises en place. Ces associations étudient à sa place les alternatives possibles dans son cas et se chargent de l’orienter vers la solution la plus convenable : aides sociales, allocations, dons, mais aussi des prêts bancaires classiques.

Le microcrédit de la CAF :

La Caisse d’Allocations Familiales accorde, elle aussi, un microcrédit personnel ou social pour les personnes les plus démunies, celles qui ne peuvent pas passer par le circuit classique des prêts bancaires. Le microcrédit de la CAF prend la forme de plusieurs petits prêts à la consommation qui contribuent au financement de plusieurs petits projets : travaux d’amélioration ou d’adaptation de l’habitat, déménagement, achat d’une caravane, achat d’un équipement électroménager ou mobilier de première nécessité, achat d’une voiture d’occasion… En effet, les montants accordés sont limités, à payer sur la base de faibles mensualités et de taux d’intérêt bonifiés. L’essentiel étant de savoir que pour bénéficier d’un micro prêt social de la CAF, il faut percevoir déjà des prestations accordées par cet organisme.

La particularité qui peut distinguer le microcrédit de la CAF est qu’il ne peut pas être uniquement utilisé dans le financement de la réalisation de petits projets (comme susmentionné), mais aussi de loisirs. Il existe désormais des prêts réservés pour couvrir les frais de loisir et de vacances des enfants et des adolescents de 6 à 15 ans, d’autres pour les jeunes voulant démarrer leur vie active. De même, les assistantes maternelles peuvent rénover le lieu d’accueil des enfants par le biais d’un micro prêt à taux zéro et à modalités de paiement adaptées à leur profil financier. Mais attention, il ne faut pas confondre le microcrédit de la CAF avec le secours attribué par la Caisse d’Allocations Familiales qui est une aide d’urgence ponctuelle et non remboursable.

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !