Credimania » Crédit Auto » Comment financer sa licence de taxi ou sa formation de chauffeur ?

Comment financer sa licence de taxi ou sa formation de chauffeur ?

Les demandeurs d’emploi voulant déclencher leur carrière professionnelle par devenir des chauffeurs de taxi et obtenir une licence doivent attendre leur tour sur la longue liste des licences gratuites. La demande d’inscription sur cette liste n’est valable que pour une seule année, il faut qu’elle soit renouvelée par lettre recommandée envoyée par le candidat à la mairie de sa commune. Dans le cas où ce dernier ne souhaite pas attendre pour longtemps, il doit alors inévitablement payer pour avoir une telle autorisation de stationnement de la part d’un ancien chauffeur qui passe en retraite ou qui décide de pratiquer une autre activité. Le seul problème qui se pose désormais réside dans le prix élevé de la licence en comparaison avec les ressources limitées d’un demandeur d’emploi.

Le financement d’une licence de taxi :

À Paris comme dans les autres villes de la France, avoir une licence de taxi payante engage des dépenses onéreuses : pas moins de 250 000 € dans la capitale ou l’Île de France et qui peuvent grimper jusqu’à 400 000 € dans le Sud (Nice ou Monaco). En effet, il n’y a pas une méthode précise pour fixer le prix d’une licence de taxi, tout dépend du chiffre proposé par le vendeur. Voilà pourquoi le recours à une solution de financement s’avère incontournable, mais surtout une pratique courante actuellement, car exercer le métier de chauffeur de taxi exige le financement de trois principaux éléments : la licence de taxi, la formation de chauffeur et le véhicule. Ainsi, on pourra passer soit par un emprunt bancaire, soit par les prestations de la CAF ou du Pôle Emploi. N’oublions également pas les propositions des sociétés de financement étant potentiellement actives sur le Web.

taxi-paris

À vrai dire, seuls les financements des banques qui peuvent couvrir la totalité de l’investissement grâce à un crédit professionnel classique, dont la durée de remboursement peut s’étaler sur une période de 7 à 10 ans. Reste à savoir qu’il faut prévoir un apport personnel minimum de 20 % du montant sollicité. Autrement, il ne faut pas hésiter à faire jouer la concurrence entre les différentes sociétés de financement qui peuvent proposer un pack complet incluant les dépenses liées à la plaque + la formation + la voiture. Attention seulement aux taux d’intérêt extrêmement importants qui ne peuvent que déséquilibrer votre budget en tant que débutant dans votre carrière professionnelle.

Le financement de la formation de chauffeur de taxi :

Il n’est pas rare de se faire financer sa formation pour devenir chauffeur de taxi dans la mesure où plusieurs solutions de financement sont actuellement possibles. Il faut seulement constituer un dossier de financement avec un conseiller qui connaît les profils les plus lotis par les organismes spécialisés dans les aides au financement des formations conventionnées, notamment la Caisse d’Allocation Familiale, le Conseil Régional et le Pôle Emploi. Ce dernier apporte toute l’aide financière pour les demandeurs d’emploi qui souhaitent poursuivre une formation et entamer leur vie professionnelle, en particulier dans le cadre de l’ARE (aide au retour à l’emploi) et l’AREF (aide au retour à l’emploi formation).

De son côté, la CAF peut également aider au financement d’une formation des chauffeurs de taxi via son aide personnalisée au retour à l’emploi (APRE) pouvant atteindre un montant de 3 000 € versés directement sur le compte de l’auto-école choisi. Attention, pour postuler, le candidat doit avoir moins de 26 ans, posséder son permis B depuis au moins deux ans et un brevet de secourisme. Toutefois, il est possible de bénéficier d’un montant inférieur aux dépenses engagées dans les cours de formation, notamment en cas de besoin de frais supplémentaires liés au loyer ou au transport. Nous vous conseillons dans ce cas de vous renseigner sur les dispositifs mis en place par votre Conseil Général ou la mairie de votre commune.

Le financement du véhicule :

Nombreux sont les chauffeurs de taxi qui préfèrent être les propriétaires de leur véhicule, quoiqu’il existe la possibilité de le louer en passant par les sociétés spécialisées dans le domaine. Là aussi, le recours à un crédit bancaire s’avère indispensable, l’essentiel étant de choisir le produit le plus intéressant par son coût et ses modalités de remboursement. Une banque traditionnelle peut toujours proposer à ses clients un prêt entreprise sur 4 à 5 ans, un crédit personnel auto ou tout simplement un crédit à la consommation. En outre, il ne faut pas hésiter à faire appel au leasing auto qui consiste à louer un véhicule neuf ou d’occasion avec ou sans option d’achat, car tout dépend des capacités budgétaires du souscripteur du contrat souvent négociable.

Du côté des organismes d’aide financière, la Caisse d’Allocation Familiale propose son prêt d’honneur CAF pour l’achat d’une voiture pour raison professionnelle. Il suffit désormais de monter un dossier de demande et de le faire présenter par un travailleur social qui pourra justifier de la vocation professionnelle du projet. Et en cas d’avis favorable par l’assistante sociale, un montant de 3 500 € sera immédiatement attribué au bénéficiaire. Il est clair qu’il faut se tourner vers une voiture d’occasion, autrement cela pourrait constituer un appui financier important pour solliciter un emprunt bancaire classique, payer les frais d’assurance ou d’entretien du véhicule.

Comment financer la formation d’un chauffeur de véhicule VTC ?

Afin de devenir chauffeur de véhicule VTC, il faut être titulaire d’un permis B depuis plus de trois ans, d’une attestation d’aptitude physique, et de suivre une formation professionnelle de 250 heures minimum dont les cours de langues étrangères présentent au moins 20 % de la durée totale de la formation. Au terme de celle-ci, le chauffeur reçoit automatiquement sa carte professionnelle valable pour 5 ans. Et afin de faire face aux frais d’inscription et payer les cours de formation, les futurs chauffeurs VTC peuvent bénéficier des mêmes aides au financement attribuées pour les futurs chauffeurs de taxi. Seule la participation du Pôle Emploi qui pourrait être partielle et variable selon le cas. Il est convenu alors de compter sur l’aide des autres co-financeurs comme le Conseil Général de votre département.

Note:

bon à savoir que les personnes salariées peuvent demander un congé individuel de formation (CIF), cela contribuera partiellement à la prise en charge des frais de formation et au maintien de leur salaire pendant le congé à hauteur de 80 %.

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !