Credimania » Obtenir un crédit » Solutions pour payer les frais d’obsèques : prévoyance, aides et crédits

Solutions pour payer les frais d’obsèques : prévoyance, aides et crédits

Même lorsque vous vous trouvez enfoncé dans vos chagrins pour la mort d’un proche, penser aux frais funéraires est inévitable. Qui va payer les obsèques qui coûtent trop cher, notamment à l’absence des moyens financiers nécessaires ? Sachez que les dépenses sont importantes, quelle que soit la solution choisie par le défunt. Qu’il rédige son testament de son vivant, qu’il opte pour un contrat d’assurance ou pour une mutuelle. Les choses se compliquent davantage s’il n’a pas assez d’argent pour tout régler. Dans ce cas, il faut découvrir les aides de l’État et celles des communes, voire même les crédits possibles. Alors, pour savoir comment bien gérer financièrement cet événement imprévu, continuez à lire notre article.

frais d'obsèques

Sommaire :

  • Rédiger le testament/les dernières volontés
  • Opter pour la prévoyance et l’assurance obsèques
  • Souscrire un crédit
  • Demander une aide pour payer les funérailles
  • Contacter la Sécurité sociale
  • Choisir le paiement facilité

Rédiger le testament/les dernières volontés :

Tout le monde évite la mort et pense très rarement à ce moment imprévu. Pour cela la plupart des gens ne savent pas combien pourrait leur coûter unenterrement ou une cérémonie funéraire. Or, ceci entraîne souvent des problèmes d’argent que les proches du défunt trouvent des difficultés à gérer. Il convient alors qu’une personne rédige son testament de son vivant afin que ses dernières volontés soient bien respectées. Il peut alors désigner le proche qu’il juge le plus approprié pour organiser ses obsèques. Cela pourrait être son conjoint, l’un de ses parents, son frère ou son enfant.

La présence d’un testament évite alors les proches toute sorte de conflits sur le lieu et la manière d’enterrement. En règle générale, ce sont les biens et l’argent de la personne décédée qui servent à payer tous les frais. Si un compte bancaire existe, le paiement des dépenses liées aux funérailles se limite à 5 000 €. Pour ceci, nous vous conseillons d’adapter vos derniers souhaits à votre budget et à la loi applicable. Autrement, vous risquez de mettre vos proches dans un véritable embarras !

Le testament, un document d’importance :

Au moment de la mort d’un proche, la première chose à vérifier est la présence ou pas d’un testament. Pour s’en assurer, consultez le Fichier central des dispositions de dernières volontés communément connu par le « Fichier des testaments ». De cette manière, il est possible de savoir la personne que le défunt avait désignée pour se charger des obsèques.

Mais aussi, ses héritiers, l’éventuel tuteur de ses enfants mineurs et surtout la manière dont il veut organiser ses funérailles. Bon à savoir dans ce cadre que les héritiers doivent déduire les frais funéraires du capital de succession. Et ce, dans la limite d’un montant de 1 500 € qui ne sera pas taxé et qui est exonéré d’impôts. Toutefois, certaines familles risquent d’ouvrir le testament après les funérailles. Nous vous conseillons alors d’en parler à vos proches de votre vivant afin de prévoir ensemble une manière d’arrangement funéraire. Si vous le souhaitez, vous pouvez en charger une agence de pompes funèbres. Celle-ci, après votre mort, prélève directement sur votre compte tout l’argent nécessaire aux funérailles.

Opter pour la prévoyance et l’assurance obsèques :

Le plus raisonnable pour certains est de penser à la prévoyance grâce à un contrat d’assurance. Plusieurs solutions sont disponibles chez les assureurs qui peuvent vous proposer une assurance obsèques, une assurance décès ou une assurance vie. Quel que soit votre choix, vous bénéficiez de la prise en charge du financement de vos funérailles. Mais aussi, l’organisation complète des obsèques selon vos volontés. Bien évidemment, la formule du financement change en fonction de votre contrat. Avec une prévoyance décès par exemple, un capital sera versé aux bénéficiaires que vous désignez de votre vivant. De cette manière, vous déchargez vos héritiers des dépenses importantes qui peuvent déséquilibrer leurs finances. De même, ce capital peut les aider à payer les droits de succession.

Le rôle des mutuelles :

Comme les sociétés d’assurance, votre mutuelle peut aussi vous proposer un contrat de prévoyance. Avec la garantie décès ou la garantie frais d’obsèques, vous vous organisez convenablement pour faire face à ce moment perturbateur. Selon la formule que vous choisissez de votre vivant, vous désignez la manière dont vous protégez vos proches. Soit la mutuelle organise et finance vos obsèques en respectant vos volontiers et votre budget. Soit elle verse un capital à la personne que vous désignez (conjoint, enfant, parent, ami). Plusieurs mutuelles se spécialisent dans les garanties d’obsèques et vous proposent différentes formules de financement. Nous vous indiquons à titre d’exemple la fameuse MUTAC.

Fondée depuis 1973, c’est la mutuelle nationale unique qui couvre tous les types d’obsèques. Or, comme en crédit, nous vous conseillons de comparer plusieurs devis afin de bien choisir votre assureur. Certaines mutuelles proposent une limite d’âge avancée et ne demandent aucune formalité médicale. Certaines d’autres appliquent des majorations sur la cotisation selon l’âge de la personne assurée.

Souscrire un crédit :

Les services funéraires coûtent très cher et peuvent grimper chez certaines agences jusqu’à 7 000 €. Un montant qui ne peut pas être gérable par toutes les familles, notamment puisqu’il s’agit de dépenses imprévues. Ainsi, à l’angoisse d’avoir perdu une personne chère, s’ajoute l’inquiétude de faire face au paiement des obsèques. Dans ce cas, penser à obtenir un crédit bancaire de votre vivant est une solution idéale. Cela permet à vos proches de mieux gérer votre éventuel décès sur le plan financier. Bien évidemment, il n’existe pas de crédit obsèques à proprement dit, mais un prêt personnel qui couvre toutes les dépenses. Comme pour tout autre type de financement, vous devez d’abord vérifier votre taux d’endettement. Il ne doit pas dépasser les 33 % de vos revenus afin de pouvoir payer les mois à l’échéance.

De plus, vous devez faire jouer la concurrence entre les organismes de crédit pour trouver l’offre qui vous intéresse. Ne pensez pas à emprunter au-delà du montant dont vous avez réellement besoin afin de payer plus vite votre crédit. Car attention, une durée plus longue signifie un crédit plus cher. Certaines banques passent des conventions avec des agences de pompes funèbres partenaires pour offrir des prêts à taux 0 %.

L’offre du Crédit Agricole :

Plusieurs banques et sociétés de crédit adaptent leurs offres de prêt personnel aux dépenses engagées pour financer un enterrement. Ce service est très avantageux pour les particuliers qui veulent anticiper leurs obsèques et protéger financièrement leurs ayants droit. Dans ce cadre le Crédit Agricole propose un montant de 2 500 à 10 000 € avec une cotisation adaptée. Le prêt s’étale de 10 à 20 ans avec la possibilité d’un apport personnel pour plus de souplesse au paiement. La souscription est possible pour toute personne âgée de 40 à 85 ans sans aucune formalité médicale. Nous vous conseillons de demander le montant suffisant. Car sachez qu’il peut ne pas couvrir la totalité des dépenses qui grimpent d’un jour à l’autre. Vous devez également choisir le bénéficiaire de ce capital après votre décès. Soit vous choisissez un proche, soit vous en chargez une agence de pompes funèbres.

Le Crédit Agricole vous aide et vous accompagne dans la définition de vos dernières volontés et la désignation du bénéficiaire.

Demander une aide pour payer les funérailles :

Il peut arriver que la personne décédée ou sa famille ne possèdent pas les fonds nécessaires au financement des obsèques. Dans ce cas, c’est la Commune du lieu de décès qui paye tous les frais. Sachez toutefois que c’est le maire qui peut décider de l’insuffisance des moyens financiers du défunt. Dans certains cas, il peut juger que le patrimoine de ce dernier est suffisant pour couvrir une partie des dépenses. De même, tant que le défunt n’a pas l’argent requis, les frais funéraires peuvent être payés par sa famille. Ces dépenses sont considérées comme étant une obligation alimentaire que les ascendants et les descendants doivent régler. En d’autres termes, les ayant droit doivent organiser et financer les funérailles, même s’ils renoncent à l’héritage.

Les secours de la CAF :

Comme dans toutes les autres situations d’urgence, la Caise d’allocation familiale intervient en cas de décès. Elle aide les familles modestes à pouvoir gérer une partie ou toutes les dépenses liées à cet imprévu. Pour obtenir son aide financière, il faut avoir au moins un enfant à charge et respecter les conditions de ressources. Celles-ci varient selon la Caisse départementale concernée. Nous vous conseillons alors de contacter votre assistante sociale qui vous aide dans le montage du dossier de demande. Pour le montant que vous pouvez obtenir, il est dans la plupart des cas de 1 000 € par défunt. Il peut alors se doubler en cas de décès multiple par accident par exemple (enfant et parent). La CAF vous aide aussi à faire valoir tous vos droits et vous accompagne dans toutes les démarches administratives. Ces prestations concernent bien l’allocataire, son conjoint ainsi que ses enfants fiscalement à charge.

Les remboursements de la Caisse de retraite :

Lorsqu’un assuré meurt et qu’il ne laisse pas d’argent suffisant pour payer ses obsèques, ses proches doivent s’en acquitter. Cependant, ces derniers ont le droit de se faire rembourser grâce à la Caisse de retraite. Sachez alors que ce remboursement ne doit pas dépasser un montant de 2286,74 €. Il doit être réglé par période d’un mois. Cela signifie, si l’enterrement se déroule le 4 du mois, il faut attendre jusqu’aux 30 pour récupérer l’argent. De même, il faut présenter toutes les justificatives de dépenses requises, notamment la facture des frais funéraires. Elle doit être établie au nom de la personne qui demande le remboursement. Il faut aussi justifier de la qualité d’héritier ou d’ayant droit afin de pouvoir débloquer les fonds. En cas d’avis favorable, la CNAV rembourse la personne concernée à hauteur du montant disponible sur la facture. Et ce, sans dépasser le plafond de dépenses susmentionné.

Contacter la Sécurité sociale :

Les personnes assurées et leurs ayants droit doivent contacter leur sécurité sociale en premier lieu en cas de décès. C’est ainsi qu’ils peuvent obtenir un capital pour faire face aux frais funéraires importants. Ce montant équivaut à 3 mois de salaire de la personne décédée dans la limite de 9 258 €. Ce capital est généralement versé aux enfants fiscalement à charge du défunt. À l’absence d’enfants à charge, c’est l’époux, le conjoint ou le partenaire pacsé qui peut y prétendre. Alors, pour faire la demande d’un capital décès auprès de la Sécurité sociale, il faut respecter les conditions suivantes :

  • Au moment du décès, le défunt doit être un salarié relevant du régime obligatoire ou un chômeur indemnisé. De même, les titulaires d’une tension d’invalidité ou d’une rente d’accident de travail ou de maladie professionnelle sont éligibles.
  • La demande du capital décès doit être faite au plus tard un mois après la date du décès. Autrement, il faut attendre jusqu’à 2 ans pour en bénéficier.

Comment obtenir le capital décès de la Sécu ?

Il faut tout d’abord respecter le rang de parenté au défunt, enfants puis conjoint, puis parents. Toutefois, le versement de ce capital n’est pas automatique, il convient alors d’en faire la demande. Pour cela, il faut télécharger le formulaire S3180 et le remplir correctement en y indiquant le lien de parenté. Ensuite, vous devez présenter toutes les pièces justificatives comme l’acte de décès et les dernières fiches de paie du défunt. Pour faire valoir vos droits, vous pouvez utiliser un acte de naissance ou un contrat de mariage. Si la Sécurité sociale accepte la demande, l’argent est directement versé sur le compte bancaire du bénéficiaire. Bonne nouvelle, le montant disponible ne sera pas soumis à l’impôt ni aux prélèvements sociaux.

Choisir le paiement facilité :

Si vous ne possédez pas les moyens nécessaires pour financer vos obsèques, optez pour les solutions de paiement facilité. Il existe plusieurs possibilités pour payer les frais funéraires par tranches grâce à certaines agences de pompes funèbres. La PFG est par exemple une fondation spécialisée dans les projets liés aux obsèques et au deuil en France. Elle propose aux particuliers son service Optalion qui permet de payer sur 3 à 4 fois les frais d’obsèques. Mais aussi, l’achat d’un monument funéraire ou d’un article de souvenir (plaque columbarium). Partenaire financier de la société de crédit SOFINCO, elle propose à ses clients une facilité de paiement sans frais. Soit un taux annuel effectif total de 0 %. Reste à savoir que l’accès à ce service ne peut être fait qu’après l’approbation du dossier qui doit être déposé auprès de SOFINCO.

Les montants de financement proposés peuvent atteindre les 3 600 € à régler sur 4 fois. Mais attention, la société vous demande un apport personnel de 25 à 33 % selon le montant de vos dépenses. Autre condition à remplir, vous devez avoir une carte bancaire le jour de la commande.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 out of 5)
Loading...

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer