Credimania » Obtenir un crédit » Le crédit santé

Le crédit santé

Il n’est pas rare que vous vous endettez pour couvrir vos frais de santé. C’est logique tant qu’il y a des soins non pris en charge par la Sécurité sociale ! Et même si vous adhérez à une bonne mutuelle, cela coûte toujours de l’argent. Certains assurés peuvent même annuler certaines prestations utiles afin de payer moins les cotisations. Mais, existe-t-il vraiment un crédit santé à proprement dit ? Votre banque, parvient-elle à résoudre vos problèmes d’accès à certains postes de soins ? Pour trouver la réponse à toutes vos questions, lisez bien notre article.
crédit santé
Sommaire :

  • Peut-on emprunter pour se soigner ?
  • Existe-t-il des crédits spécifiques pour la santé ?
  • Quel est le rôle de la mutuelle complémentaire santé ?
  • Le cas particulier des personnes ayant un handicap

Peut-on emprunter pour se soigner ?

Penser à un crédit pour faire face à vos dépenses de santé et de bien-être est une solution intéressante. En particulier, lorsque plusieurs banques et sociétés de crédit décident de lancer le crédit « santé ». Certains autres organismes l’intègrent dans leur gamme de prêts à la consommation. Et ce, afin d’aider leurs clients à se soigner ou à prévenir leur état de santé. Ceci paraît être idéal puisque la participation de l’assurance maladie est souvent insuffisante. Ensuite, les frais d’adhésion à certaines complémentaires santé sur les postes importants sont très coûteux. On parle notamment des soins dentaires et optiques, de la prothèse auditive, d’appareillage pour personne handicapée… N’oublions pas toujours que personne n’est à l’abri des accidents de la vie. Une maladie longue durée ou une hospitalisation imprévue impacte bien le budget de la famille.

Un crédit à la consommation ou à la santé ?

Certaines personnes doivent s’endetter pour subir une intervention d’urgence ou remplacer une paire de lunettes cassée. Même avec la contribution de la Sécu et de la mutuelle, ils ne peuvent pas combler la partie restant à leur charge. Celle-ci ne cesse d’augmenter ces dernières années tant que la mutuelle est toujours onéreuse lorsqu’il s’agit de garanties supplémentaires. Pour ceci, beaucoup de particuliers recourent au crédit à la consommation peut résoudre le problème. Mais attention, si ce n’est pas un emprunt réfléchi, cela peut vite devenir un engagement d’enfer ! Ainsi, il n’y a pas un crédit bancaire dit à la santé. En cas de besoin, on peut prétendre pour un prêt personnel, car sans capacité de remboursement, il n’y a quasiment pas de solution. Les crédits pour personnes en précarité financière sont rarement destinés pour les soins de la santé.

Que fait une personne sans argent ?

Il ne faut pas considérer les prestations non couvertes par la Sécurité sociale comme étant des soins de confort. Une personne sourde, myope ou qui nécessite une intervention chirurgicale d’urgence est bien différente d’une personne passionnée de la thalasso. Pour ces raisons ou pour bien d’autres, emprunter est obligatoire pour prendre soin de sa santé. Mais que faire lorsqu’on gagne des revenus modestes. Les conditions d’attribution du crédit à la consommation sont connues par tout le monde. Il faut être solvable et pouvoir payer les mois à l’échéance. Les personnes aux ressources limitées doivent garder la bonne mine, car en cas d’imprévu peu nombreux sont les recours.

Le microcrédit pour les dépenses de santé :

Le Crédit municipal de Toulouse aide les personnes en difficulté financière à faire face aux problèmes de santé. Cet établissement public lance un nouveau microcrédit aidant les personnes les plus modestes à gérer les dépenses liées à la santé. Les personnes n’ayant pas accès au crédit classique peuvent bénéficier d’un montant qui varie de 300 à 3 000 €. Elles peuvent ensuite payer leur dette sur une période de 36 mois au maximum. Il s’agit d’un prêt à taux zéro qui peut aider le débiteur à éviter une situation de surendettement. Mais surtout, à avoir accès aux postes de soins vitaux. On parle surtout de l’hospitalisation, les traitements courants et les soins optiques. Cependant, il est toujours possible d’avoir besoin de soins plus chers étant mal ou très peu pris en charge par la Sécu.

Existe-t-il des crédits spécifiques pour la santé ?

Plusieurs sociétés de crédit spécialisées et assurances lancent dans leur promotion de produits des offres de prêts pour la santé. Toutefois, ces offres fonctionnement souvent comme le revolving ou le prêt à la consommation. Ces deux produits qui n’ont cessé d’être la cause principale du surendettement pour leur taux bien élevé. Mais dans certains cas, ils présentent l’unique alternative pour se soigner immédiatement et sans délai d’attente.

Le Swiss Crédit santé :

S’affiliant avec Sofinco, la société d’assurance Swiss Life lance depuis juin 2007 son crédit santé pour les particuliers. Cette offre permet de prendre en charge la partie restant à charge des personnes assurées. Et ce, après l’intervention de la Sécurité sociale et de leur complémentaire santé. Elle concerne notamment les risques de santé qui ne sont pas bien remboursés par les mutuelles pour leur prix important. Ces postes que l’assureur ne peut pas payer les frais sans avoir recours à un crédit. Un montant de 4 000 € est alors réservé pour faire face à ces dépenses avec un taux de 6 %. Cependant, une autre offre de bien-être est faite pour les plus riches ! Les montants disponibles sont de 8000 € à rembourser avec un taux équivalent à 16 %.

Le crédit santé bien-être de Cetelem :

Précurseur du crédit santé en France, tout comme Swiss Life, Cetelem dévoile les particularités de son offre depuis 2007. La société de crédit paraît être plus généreuse en développant la gamme de ses prestations. Elle propose des montants d’emprunt qui peuvent atteindre les 40 000 € à rembourser jusqu’à 48 mois. Elle applique un taux variant de 4 à 9 % selon le montant et la durée de paiement. Ces crédits donnent accès à plusieurs postes de soins rarement couverts par la Sécurité sociale. On trouve notamment la chirurgie esthétique, le spa, le solarium et la thalassothérapie. Mais la société vérifie bien la solvabilité et la capacité d’emprunt de ses clients avant de verser les fonds.

Le crédit santé de Ma Tante :

Cette institution financière du Crédit municipal de Paris prête jusqu’à 3 000 € pour financer les interventions imprévues en santé. « Ma Tante » propose un taux d’intérêt de 4,08 % avec une durée de paiement de 6 à 36 mois. Mais il ne s’agit pas cette fois-ci d’un prêt sur gage, mais d’un véritable crédit octroyé sur dossier. En cas d’avis favorable, les sommes demandées peuvent être disponibles pendant seulement 48 heures. Il faut alors monter un dossier solide et fournir tous les documents nécessaires. Parmi les principales pièces demandées, on trouve les 3 derniers bulletins de salaire et les 3 derniers relevés bancaires.

Le cas particulier des personnes ayant un handicap :

Nous savons tous que les personnes ayant un handicap ont besoin plus que bien d’autres de soins médicaux, d’équipements et d’appareillage. Ces services sont souvent très chers et difficiles à payer avec leurs propres moyens. De même, le budget de la famille ne peut pas tout combler, notamment en cas d’imprévus. La prise en charge de la Sécu est toutefois très modeste dans ce cadre. Or, en ce qui concerne les complémentaires santé, les tarifs sont encore plus élevés. Dans le meilleur des cas, la personne assurée aura le droit aux services d’assistance juridique. Pour les autres prestations, il faut qu’elle creuse dans ses poches.

Comment emprunter en tant que handicapé ?

Le questionnaire médical dans le cas de souscription d’un crédit ou d’une assurance emprunteur est un document très important. Nous vous conseillons alors d’être sincères sur les informations fournies, car les banques vérifient bien vos données. Cela reste vrai pour une personne ayant un handicap. Ne cachez pas la vérité et ne laissez pas la place aux mauvaises impressions. En contrepartie, il faut déposer votre demande de crédit chez plusieurs institutions bancaires. De cette manière, vous recevez plusieurs offres de prêts ce qui vous permettra de faire jouer la concurrence. Inutile de nier, les tarifs que l’on vous proposera seront plus élevés que d’habitude. Et ce, pour le risque de non-paiement que vous présentez. Mais c’est justement le réel obstacle que vous pouvez rencontrer si vous n’avez pas beaucoup d’argent.

Le crédit d’impôt pour achat d’équipements :

L’une des dépenses qui peuvent creuser dans le budget de la personne handicapée est l’achat d’équipements de première nécessité. L’État contribue alors dans ces dépenses à travers le crédit d’impôt. Ce dispositif donne accès à une réduction de 25 % sur la facture d’achat ou de réalisation de travaux. Parmi les opérations éligibles à cette déduction fiscale est l’achat d’un équipement facilitant le déplacement ou la sécurité à domicile. De même, l’adaptation de la salle de bain et la salle d’eau qui doit avoir lieu dans la résidence principale. Le montant maximal de ces opérations est égal à 5000 € pour une personne seule et à 10 000 € pour un couple.

La convention AERAS et les autres dispositifs de financement :

L’État français apporte une autre solution de crédit pour personnes handicapées par le biais de la convention AERAS. Celle-ci permet de s’Assurer et Emprunter avec Risque Aggravé de Santé en ouvrant droit à plusieurs types d’emprunt. Entrée en vigueur depuis 2007, elle permet aux personnes ayant un grave problème de santé d’obtenir les prêts suivants :

  • Le crédit immobilier.
  • Le prêt à la consommation.
  • Le crédit professionnel.

Après avoir rempli le formulaire médical avec les informations nécessaires, le prétendant peut emprunter jusqu’à 300 000 €. Pour les crédits à la consommation, le montant maximum alloué est de 17 000 € à payer sur 48 mois. Et ce, sans aucun questionnaire médical. Dans tous les cas de figure, les banques et les assureurs conventionnés s’engagent à préserver la confidentialité des informations traitées. Cela rassure beaucoup les personnes touchées de handicap étant souvent refusées en matière de crédit pour leur état de santé.

L’AERAS et les personnes atteintes d’affection longue durée :

Cette convention concerne aussi les malades de cancer, d’Alzheimer, de Parkinson et de Crohn. Ces personnes reconnues atteintes de maladie de longue durée ne peuvent pas normalement emprunter pour se soigner. Faute de solvabilité, les banques refusent souvent leurs demandes de crédit. C’est pour ainsi qu’elles sont incluses dans le cadre des prêts et des aides financières visées par l’AERAS. Nous parlons des emprunts susmentionnés et notamment des avantages suivants :

  • Une garantie invalidité incluse dans le contrat d’assurance avec gratuité de tarifs sous certaines conditions.
  • Une garantie invalidité spécifique dans le cas d’un taux d’incapacité fonctionnelle de 70 % au minimum.

À noter que les personnes ayant de faibles revenus peuvent aussi bénéficier d’une limitation de tarifs. La plupart des assureurs appliquent des majorations de tarifs dans le cas de risque aggravé de santé. Pour cela, la convention AERAS protège ces malades, car en cas de litige, il faut recourir à la Commission de médiation. Celle-ci intervient activement pour trouver des arrangements efficaces entre le malade atteint d’ALD et son assureur.

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !