Credimania » Surendettement » Le rachat de crédit pour interdit bancaire

Le rachat de crédit pour interdit bancaire

  • Est-il possible en cas de fichage bancaire ?
  • Comment obtenir un rachat de crédit pour interdit bancaire ?
  • Les conditions d’éligibilité au rachat de crédit pour interdit bancaire
  • Simulez un rachat de crédit
  • Renégocier cas par cas ses crédits en cours
  • Nos conseils avant de vous engager !
  • Liens utiles

Est-il possible en cas de fichage bancaire ?

L’interdiction bancaire est une situation financière assez délicate alors que les solutions d’en sortir demeurent pour la plupart des cas possibles seulement en théorie. Avec un profil emprunteur à risque et des garanties de solvabilité souvent absentes, un débiteur enregistré sur les fichiers Banque de France (FICP ou FCC) trouve maintes difficultés pour pouvoir sortir de son état d’incapacité de s’acquitter à ses créances auprès de ses différents organismes prêteurs. Les charges mensuelles lourdes qui dépassent la capacité d’endettement de celui-ci (au-delà de 33 % de ses revenus) rendent le crédit très dur à payer, d’où le recours inévitable à déposer un dossier auprès de la Commission de surendettement.

En outre, le rachat de crédit est un dispositif financier spécialement conçu pour rendre plus facile la gestion de dettes, en particulier dans le cas de souscription de plusieurs crédits. C’est aussi la solution adaptée par plusieurs institutions bancaires et sociétés financières afin de faire éviter les particuliers le risque du surendettement. Un rallongement dans la durée de vie du crédit avec une baisse dans les échéances et éventuellement dans le taux d’intérêt appliqué peut alléger le caractère étriqué de la situation. Or, le même mécanisme reste-t-il valable dans le cas où l’on est déjà inscrit interdit bancaire, ou seulement les autres personnes endettées qui sont concernées ?

Comment obtenir un rachat de crédit pour interdit bancaire ?

Comme pour le dépôt de chaque demande de crédit, le regroupement de prêts qui n’est autre que la restitution d’un nouvel emprunt regroupant tous les crédits en cours, demande une certaine vigilance de la part de l’organisme prêteur. Celui-ci va systématiquement vérifier la présence de votre nom sur le Fichier Central des Chèques impayés (FCC) et sur le Fichier National des Chèques Irréguliers (FNCI) de la Banque de France. La solution dans ce cas est de solliciter un rachat de crédit auprès d’une société de financement qui peut accepter votre demande malgré votre profil emprunteur telle que Mediatis ou Sofinco.

Autre alternative possible est celle d’essayer de convaincre votre banque en présentant des garanties personnelles solides : résidence principale, résidence secondaire ou à vocation locative. L’institution bancaire veut certainement récupérer son argent et pourrait accepter de racheter vos crédits en cours en contrepartie d’un taux d’intérêt plus élevé. Cela ne signifie en aucun cas l’adhésion automatique de votre banquier, car à chaque institution ses critères d’acceptation restrictifs avant de céder à la demande des prétendants inscrits sur la liste des interdits bancaires.

À noter que quelle que soit la solution adaptée, le coût d’un rachat de crédit pour une personne fichée Banque de France est plus important que celui d’un rachat de crédit classique, et ce pour protéger les intérêts de l’organisme financier. De même pour les frais de montage du dossier et ceux de l’assurance facultative. L’inconvénient majeur de l’allégement de vos mensualités est le prix final de votre crédit qui va devenir plus important au cours du temps.

Les conditions d’éligibilité au rachat de crédit pour interdit bancaire :

D’une manière générale, la plupart des banques trouvent plus adéquat le fait d’opter à un rachat de crédit avant d’être fiché Banque de France (privé pendant 5 ou 8 ans d’effectuer des opérations bancaires, d’émettre des chèques ou d’utiliser ses moyens de paiement), d’autres organismes financiers l’exigent pour pouvoir être éligible à leur dispositif de regroupement de prêts. Cependant, il existe évidemment des solutions salvatrices dans certains cas, notamment lorsque l’on est propriétaire immobilier ou travailleur avec un contrat à durée indéterminée (CDI).  La stabilité professionnelle et la garantie personnelle ou de solvabilité aident à convaincre son banquier ou l’organisme financier à racheter les crédits étant l’objet du fichage.

Sur le plan pratique, opter pour un rachat de crédit en tant qu’interdit bancaire, c’est faire une régulation de ses dettes (et du chèque sans prévision le cas échéant) pendant la période de l’interdiction. Les banques qui acceptent de racheter les crédits des personnes fichées, ou aussi les sociétés spécialisées dans ce type de service vont opter naturellement pour des conditions d’octroi plus fermes que l’ordinaire. Ainsi, monter un dossier de regroupement de prêts est toujours possible, mais cela n’est pas systématiquement accepté pour un prétendant à historique bancaire moins rassurant.

En d’autres termes, pouvoir justifier de revenus réguliers ou de caution personnelle importante donne la faveur d’acceptation par rapport à une personne travaillant en intérim par exemple. C’est évident, on ne prête que lorsque l’on est certain de pouvoir récupérer son argent et que le facteur de non-remboursement est minimisé !

Simulez votre rachat de crédits !

Pour savoir si votre situation financière actuelle est éligible ou pas pour obtenir un regroupement de prêts d’un organisme de crédit ou d’une banque, nous vous proposons ci-dessous un formulaire à remplir afin de faire une simulation et obtenir les offres les plus intéressantes de la part des principaux organismes financiers.

 

Renégocier cas par cas ses crédits en cours :

Le rachat de crédit et l’interdiction bancaire ne riment souvent pas ensemble, alors que le nombre des personnes surendettées est toujours en amont aujourd’hui en France. Solliciter un regroupement de prêts auprès d’une banque ou d’une société financière, comme susmentionné, est possible, mais c’est aussi difficile du moment où les critères de choix de dossiers sont stricts et nombreux. Pour ce faire, négocier un par un les crédits qui font l’objet de l’interdiction bancaire peut être plus commode à réaliser, et pourquoi pas parvenir à en appliquer un taux d’intérêt plus avantageux. Il suffit d’en parler avec ses différents créanciers qui peuvent eux-mêmes proposer un rachat de crédit comme meilleure solution.

Le plus important dans cette alternative est votre capacité de convaincre et de faire preuve de votre bonne foi de remboursement en dépit du manquement que vous avez déjà fait. En cas d’avis défavorable de la part de vos prêteurs, alors tentez vos chances auprès de votre banque, sinon d’un organisme financier qui vous propose des solutions adaptées sans affecter votre situation budgétaire déjà délicate.

Nos conseils avant de vous engager !

Le rachat de crédit est souvent défini comme étant une échappatoire du surendettement, cependant nombreux sont les débiteurs qui optent pour une restructuration de dettes après être devenus surendettés. Cela pourrait être une solution intéressante en répondant à certains critères d’éligibilité. En effet, une personne fichée Banque de France pourrait prétendre ou non à un rachat de crédit pour interdit bancaire en se basant sur plusieurs facteurs, notamment les suivants :

  • Évaluer sa capacité d’endettement, c’est-à-dire calculer exactement le montant que l’on puisse réserver au remboursement mensuel de son nouvel emprunt. Une règle générale précise que ce montant ne doit pas dépasser les 33 % de ce que l’on gagne par mois. Ceci en tenant à l’esprit que plus on emprunte sur une période plus longue, plus le prix final de l’emprunt est coûteux.
  • Comparer le taux de surendettement avec celui proposé par la banque ou la société financière qui accepte de racheter les crédits objets du fichage (celui de la restructuration). Dans cette étape, plusieurs propositions sont disponibles, alors plus commode est de faire jouer la concurrence.
  • Évaluer les garanties personnelles que l’on puisse donner, car certains biens ne peuvent pas être acceptés, comme les biens inachevés ou à vocation professionnelle. Or, il est évident que prétendre à un rachat de crédit en tant que propriétaire augmente les chances d’acceptation de la demande, vu la nature même de la caution.
  • Dans le cas où l’on décide de passer par un courtier qui prendra en charge les procédures de demande de rachat de crédit, alors il faut avoir recours à un professionnel afin de trouver la formule la plus adaptée en fonction de votre situation : type de crédits, les organismes prêteurs concernés, le capital faisant l’objet du fichage, les antécédents bancaires, etc.

Liens utiles :

Inutile de croire désormais que le rachat de crédit et le fichage bancaire sont deux choses incompatibles du moment où les solutions peuvent être réalisées sur le plan pratique, sous certaines conditions. Les personnes qui rencontrent une situation financière pareille et qui veulent s’en sortir avec les moindres pertes peuvent s’informer à travers le présent guide, et peuvent également trouver des informations complémentaires sur les liens de référence suivants :

Les réflexions au sujet de " Le rachat de crédit pour interdit bancaire "

  1. Écrit par Gonard :

    Bonjour,

    Je souhaiterais faire racheter un prêt immobilier, alors que je suis interdit bancaire.

    valeur du bien 450 000 euros

    Montant du prêt restant à rembourser 90 000 euros.

    Et avoir un renseignement sur le montage du dossier.

    Autre demande : ouvrir un compte en interdit bancaire

    Cordialement

    Thierry Gonard

Laisser un commentaire