Credimania » Obtenir un crédit » Comment emprunter sans passer par une banque ?

Comment emprunter sans passer par une banque ?

Vous faites face à une difficulté financière et vous avez besoin d’argent en urgence ? Vous ne voulez/pouvez pas cependant passer par la voix des banques dites traditionnelles ? Vous voulez fuir les démarches administratives et trouver un taux moins cher ? Sachez alors que d’autres solutions d’emprunt sont possibles en dehors des établissements bancaires. Si cela vous concerne, faites le point sur ces alternatives de financement en suivant notre article.

Sommaire :

  • Le crédit PAP, un prêt rapide et rentable
  • Le prêt familial est une alternative historique
  • Le crowdfunding, le crédit participatif
  • Les solutions apportées par les associations solidaires

crédit sans banque

Le crédit PAP, un prêt rapide et rentable :

Lorsqu’un particulier veut obtenir un crédit sans passer par sa banque ni par une société spécialisée, l’alternative du PAP est toujours possible. Ce financement de particulier à particulier est une nouvelle formule d’emprunt qui dépasse le système bancaire classique. Ses acteurs sont fréquemment actifs sur Internet réussissent à trouver les prêteurs sérieux pour ceux qui sont en besoin d’argent. Mais aussi, les porteurs de projets et les petits investisseurs peuvent trouver des solutions de financement rapides en ligne. Reste à savoir que même s’il s’agit d’un prêt entre particuliers, cela demeure une solution réglementée. À défaut, la situation délicate de certains emprunteurs privés des prêts bancaires devient un champ favorable pour de véritables tentatives d’arnaques au crédit.

Le Prêt d’Union, un leader du PAP !

De plus en plus de personnes en France veulent emprunter entre particuliers. Cette pratique connaît déjà un essor et apporte ses intérêts pour les emprunteurs et les prêteurs. Ces derniers sont de plus en plus convaincus de prêter leur argent à d’autres personnes qui en ont vraiment besoin. N’oublions pas que le PAP est un prêt légal et soumis à certaines conditions :

  • La fiabilité du projet financé.
  • Un taux inférieur ou égal au taux d’usure de la Banque de France.
  • L’obligation d’enregistrer l’acte du prêt par un notaire sous forme d’un accord écrit.
  • L’emprunteur ne doit pas être interdit bancaire.
  • Il doit apporter tous les justificatifs requis concernant son identité, ses revenus et sa résidence.

En effet, ceux qui ne savent pas à qui demander un PAP, il convient le mieux qu’ils passent par le Prêt d’Union. Cette plateforme a pour principal rôle de réunir les demandeurs de prêt avec les investisseurs particuliers sérieux. Il s’agit d’un intermédiaire financier en ligne qui vous propose des crédits à la consommation avec taux d’intérêt fixe et TEG de 5 %. Il se positionne comme leader du crédit entre particuliers en France qui vient d’atteindre une augmentation de capital de 10 000 €.

Les arnaques au crédit entre particuliers en ligne :

Emprunter entre particuliers, c’est intéressant. Mais, cela ne peut pas passer sans parler des tentatives d’arnaque au crédit sur Internet. Cela concerne en grande partie les personnes qui ne peuvent pas emprunter auprès des banques. Ces emprunteurs auxquels le PAP présente une alternative exclusive de financement tombent souvent dans le piège de faux prêteurs. Il est important de savoir que le choix de la plateforme réalisant le PAP est une étape fondamentale avant d’emprunter. Ensuite, les tentatives d’escroquerie prennent souvent la même forme. Votre prêteur vous demande souvent de verser une somme d’argent avant de vous livrer le prêt prévu. Il peut aussi vous proposer une offre alléchante qui dépasse votre capacité d’endettement. Et ce, pour vous convaincre ensuite d’avancer une somme de 10 % le montant promis.

Attention alors, un PAP peut passer dans les meilleures conditions si vous respectez ses conditions d’octroi et vous choisissez une société fiable.

Le prêt familial est une alternative historique :

Emprunter de l’argent d’un nombre de la famille (parents, grands-parents, conjoint) est une pratique très fréquente dans toute société. C’est la solution la plus simple lorsqu’il n’y a pas des alternatives de financement. Mais afin que cela se passe sans mauvaises surprises, des règles et des formalités sont à respecter par l’emprunteur et ses proches. Puisqu’il ne s’agit pas d’un don, signer un acte contractuel d’emprunt s’avère la méthode la plus sûre. Cela permet de définir par écrit les sommes accordées, mais aussi, les modalités de remboursement. Ensuite, cette formalisation permet d’éviter au futur les problèmes d’ordre familial et surtout financier.

Est-il obligatoire de signer un contrat de prêt familial ?

Conformément au Code civil, le passage à l’écrit d’un prêt familial supérieur à 1500 € est un acte obligatoire. Cette règle doit être respectée lorsque l’emprunt se passe au sein de la famille, ce qui est chose rare pour la plupart des cas ! Cependant, un contrat de prêt est un outil important pour définir les modalités de l’emprunt. Et ce, en ce qui concerne sa durée, son taux, son paiement et les éventuelles garanties (souvent non demandées dans la famille). Cela protège bien les intérêts du prêteur et de l’emprunteur. Ce dernier pourrait même mettre à l’abri ses héritiers en cas de décès en souscrivant une assurance. Autrement, les sommes non encore remboursées après sa mort constituent un actif de succession. Elles doivent être obligatoirement réglées par ses héritiers.

Comment rembourser un prêt familial ?

Particulièrement dans les prêts effectués au sein de la famille, il est rare que les particuliers exigent un taux d’intérêt. L’emprunteur paye souvent la somme exactement allouée par ses parents, ses frères et sœurs ou l’un de ses proches. Reste à savoir que le risque majeur lié à ce type d’emprunt survient surtout lorsqu’il s’agit d’un montant important. À long terme, l’emprunteur peut ne plus pouvoir s’acquitter du capital dû. De même en cas de décès, le prêteur peut exiger aux héritiers quelques intérêts. Alors, afin d’éviter de tels risques nous vous proposons de suivre les conseils suivants :

  • Formaliser le prêt par un acte contractuel écrit.
  • Ne pas emprunter une somme importante.
  • Si c’est le cas, partager la somme allouée sur 2 ou 3 prêteurs au sein de votre famille.
  • Ne pas emprunter sur une longue durée de remboursement.
  • Ne pas envisager le prêt sur un mode de gratuité totale.
  • Souscrire une assurance emprunteur, le cas échéant.

Le crowdfunding, le crédit participatif :

Trouver des prêteurs en dehors de votre banque peut se dérouler dans les meilleures conditions en passant par un crédit participatif. Comme son nom l’indique, le crowdfunding fait de vos prêteurs de véritables partenaires qui vous aident à réaliser votre projet. Or, cette opération qui se fait exclusivement sur le Web ne peut pas réussir sans l’intervention d’une plateforme Internet spécialisée. Très important à savoir en effet qu’à partir de l’année 2014, le crédit participatif est devenu réglementé afin d’éviter toute tentative d’escroquerie en ligne.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Les plateformes du crowdfunding ne cessent de se développer sur Internet. Elles ont pour vocation principale de réunir les porteurs de projets qui cherchent un financement avec les investisseurs particuliers intéressés. Le tout se passe en dehors de l’institution bancaire, mais dans un cadre légal bien précis. C’est une alternative idéale pour les personnes qui veulent lancer leur petite entreprise. En particulier, lorsque les banques se montrent vigilantes devant ces prétendants sans apport personnel et sans garanties. Ensuite, les taux d’intérêt sont vraiment concurrentiels. De leur côté, les prêteurs peuvent aussi en tirer profit. Les rendements sont nettement plus importants à ceux proposés par les banques dans le cadre des produits d’épargne.

Le financement participatif, quelle réglementation ?

Pour optimiser le déroulement du financement participatif dans un cadre sûr, la loi française a adapté une réglementation par l’ordonnance du 30 mai 2014. Ensuite, les plateformes du crowdfunding doivent porter le label signalant leur conformité avec cette réglementation. Elles ont également l’obligation de fournir aux prêteurs plusieurs informations sur leur site, les porteurs de projets et les investissements à financer. Elles doivent mettre à disposition les caractéristiques du financement demandé et le contrat de prêt type. Un prêteur peut participer à un investissement sous forme d’un prêt avec ou sans intérêts. Mais, il est limité à un montant de 2000 € pour les prêts avec intérêts et de 5000 € pour les prêts gratuits.

Les solutions apportées par les associations solidaires :

Loin des banques, des sociétés spécialisées et des prêteurs particuliers, les associations peuvent aussi contribuer à la réalisation de vos projets personnels. Plusieurs organismes solidaires réagissent activement au profit des personnes aux faibles revenus. Faute de garanties, celles-ci ne peuvent pas évidemment passer par les banques. Ces associations détiennent leurs ressources de la collecte des fonds qui les partagent ensuite entre ceux qui en ont besoin. Nous avons choisi pour vous deux acteurs potentiels en France qui sont Les Restos du Coeur et les CIGALES.

Qui sont Les Restos du Coeur ?

Fondée depuis 1985, l’association a pour principal objectif d’apporter l’aide nécessaire aux personnes les plus démunies. Et ce en ce qui concerne le logement, l’emploi, l’accès à la justice, le soutien scolaire, le microcrédit, les repas gratuits et la réinsertion sociale. Les bénévoles de l’association aident aussi les particuliers pour financer un projet, améliorer leur situation financière et maîtriser leur budget. La plus grande partie des ressources de l’association provient des dons, de legs et de subventions des collectivités publiques. Elle exerce ses activités seulement sur le territoire français métropolitain. Alors, pour mieux découvrir les actions apportées par les Restos du Coeur, rendez-vous sur son site Internet.

Le financement solidaire des CIGALES :

Les « CIGALES » est une association exceptionnelle depuis sa fondation en 1980. Elle a pour mission de réunir l’épargne des adhérents afin de financer les petits projets locaux. Elle fonctionne par club de 5 à 20 personnes qui mettent leur épargne en commun. Leur rôle est de sélectionner les projets et de les concrétiser selon les modalités convenues. Les projets choisis sont souvent ceux où les particuliers adhérents croient vraiment et qui ne peuvent pas être financés par les banques. Et ce, parce qu’ils n’ont pas un potentiel économique très important (petits projets/petites entreprises). Ainsi, les investisseurs et les porteurs de projets partagent l’expérience d’une économie responsable et solidaire. Faites alors le choix de votre épargne solidaire sur l’un des clubs CIGALES.

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !