Credimania » Obtenir un crédit » Les crédits en europe et à l’étranger

Les crédits en europe et à l’étranger

Si vous êtes interdit bancaire ou si vous voyagez souvent en Europe, pensez à souscrire un crédit à l’étranger. Ceci est possible et vous pouvez demander les mêmes produits bancaires. Vous pouvez investir dans l’immobilier, réaliser un projet de consommation ou tout simplement trouver des solutions à vos problèmes d’argent. Comme en France, vous devez respecter les conditions et les formalités appliquées dans l’organisme prêteur étranger. Vous devez aussi vous méfier de certains faux prêteurs qui peuvent vous proposer des offres de prêts de rêve ! Alors, pour savoir comment bien emprunter tout en évitant les tentatives d’arnaques aux crédits, continuez à lire notre article.
Les crédits en europe
Sommaire :

  • Peut-on demander un crédit en Europe ?
  • Le prêt à la consommation à l’étranger
  • Le prêt immobilier à l’étranger
  • Attention aux arnaques des faux prêteurs !

Peut-on demander un crédit en Europe ?

Il n’est pas rare qu’un particulier étudie et travaille à l’étranger. Et de même, la possibilité d’octroi de crédits peut se réaliser en dehors des institutions bancaires nationales. Or, ce qui paraît être récurrent actuellement est le cas des interdits bancaires. Privés des moyens de paiement classiques, ils cherchent refuge dans les crédits étrangers accessibles dans tous les pays de l’UE. Ces prêts internationaux peuvent les aider à faire face à des imprévus financiers et à reconstituer leurs dettes en cours. Mais surtout, à éviter une situation assez embarrassante telle que le surendettement.

Pourquoi s’endetter en dehors du territoire national ?

Cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas en France des organismes financiers de renoms sur le marché du crédit. Mais, comme susmentionné les emprunteurs sont à la quête d’un taux d’intérêt optimale lorsqu’ils travaillent à l’étranger. Ou bien d’une solution plus accessible lorsqu’ils ne peuvent pas d’endetter dans leur pays et qu’ils sont interdits bancaires. Demander un prêt à l’étranger devient une alternative intéressante pour ceux qui ne peuvent pas accéder au cercle d’emprunt classique. Que cela soit après un éventuel incident de paiement ou pour non-conformité aux conditions d’éligibilité pratiquées par leurs banques.

Or, avant de tenter cette solution de financement qui coûte certainement de l’argent, il faut connaître ses conditions contractuelles. Les droits et les obligations de chaque partie contractante doivent se fixer avant la signature du contrat. C’est uniquement de cette manière que vous éviterez tout type d’arnaque et d’escroquerie.

Les avantages du crédit à l’étranger :

Les banques étrangères n’ont pas naturellement accès aux données du Fichier des incidents de paiement de la Banque de France. Ce FICP contient le nom des personnes interdites d’émettre des chèques ou de régler des transactions financières par cartes bancaires. Cette situation de fichage bancaire n’est donc prise en compte que sur le territoire français. Mais, si ce n’est pas un obstacle pour emprunter, ce que l’on sait moins c’est que chaque pays étranger a ses lois. C’est-à-dire des réglementations fiscales particulières qui sont liées à l’attribution d’un prêt, notamment la régularité des revenus.

Le prêt à la consommation à l’étranger :

Depuis la Convention de Rome en 1980, tous les pays membres de l’Union Européenne appliquent une directive sur le crédit. Celle-ci vise à favoriser l’accès au crédit à tous les Européens qui veulent emprunter en dehors de leur pays d’origine. Souscrire un prêt à la consommation à l’étranger afin de faire face à des dépenses quotidiennes est désormais possible. De même pour avoir une réserve d’argent, acheter une voiture ou réaliser des travaux d’amélioration dans votre habitation. Mais, obtenir le meilleur taux d’intérêt n’est pas toujours accessible. N’oublions pas que la société française est une société de consommation. Donc, les organismes de crédit nationaux sont très concurrentiels sur ce marché. Ils s’efforcent afin de proposer des offres attractives à leurs clients.

Nous vous conseillons alors d’opter pour le crédit à l’étranger uniquement si vous n’avez pas d’autres recours en France.

Les conditions d’octroi :

Comme en France, les conditions d’emprunt sont variables d’une banque à une autre. Mais l’avantage d’un contrat qui régit votre prêt dans un organisme financier étranger réside dans l’obligation de l’offre préalable. Cela signifie qu’avant de signer votre contrat, votre créancier vous informe de toutes les caractéristiques de son offre. Il vous transmet un document incluant le TAEG, la durée du paiement, la date des prélèvements et les frais annexes. Cela vous protège en cas d’imprévus et vous permet de réfléchir avant de vous engager dans un crédit inadapté. De plus, vous disposez du droit de négocier les conditions de votre contrat. Cela concerne la possibilité du paiement anticipé total ou partiel et la modulation des échéances selon l’éventuel changement des revenus.

N’oublions pas que depuis 2008, les banques de la zone euro doivent présenter leurs offres de prêt sous le même modèle. Ils doivent communiquer à leurs clients, outre les informations de base, le coût d’assurance et de garantie. Ceci permet au demandeur du crédit une comparaison plus optimale.

Le prêt immobilier à l’étranger :

Le crédit immobilier étant connu par son montant élevé est un produit financier favorisé dans les établissements bancaires étrangers. Ces derniers sont remarquablement concurrentiels sur ce marché. Le bénéficiaire de ce type de prêt peut alors jouir des conditions d’emprunt les plus intéressantes. Les taux d’intérêt sont parmi les plus raisonnables, avec bien sûr la protection totale des droits contre toute forme d’arnaque. Le contrat de crédit immobilier contient toutes les informations nécessaires pour l’emprunteur. Celui-ci peut alors s’informer d’avance sur les détails de son engagement avec la banque prêteuse qu’il vient de choisir.

Reste à savoir qu’il y a deux situations qui se proposent. Soit le prêt contracté sert à financer l’achat d’un bien immobilier en France. L’emprunteur peut ainsi bénéficier de la protection de la loi Scrivener en vigueur. Soit, il sert à financer l’achat d’un bien immobilier à l’étranger. Dans ce cas-là, à chaque pays ses propres réglementations en matière de souscription de crédit et de garanties demandées. Quelle que soit la situation, il convient mieux de passer par un notaire pour éviter les éventuels problèmes juridiques.

Si vous êtes interdit bancaire en France, il est possible de tenter vos chances d’accession à la propriété à l’étranger. Toutefois, nous vous conseillons de régler vos dettes avant d’aggraver votre déséquilibre budgétaire par un nouvel emprunt !

Attention aux arnaques des faux prêteurs !

S’endetter à l’étranger est une alternative d’emprunt assez récurrente de nos jours. L’emprunteur peut reconstituer ses dettes pour éviter le surendettement ou le fichage de la Banque de France. Il peut demander un crédit personnel ou un prêt immobilier lorsqu’il n’en a pas le droit dans son pays. Les personnes en situation de précarité financière s’encouragent désormais pour demander des financements en dehors de leurs banques nationales. Ceci est dû au besoin d’argent en urgence d’une part, à la facilité et la souplesse des procédures d’une autre part. Or, profitant de la situation précaire de ces dernières, de faux prêteurs proposent en ligne des offres mensongères. Elles sont assez attractives et ne présentent que de nouvelles formes d’arnaque au crédit à l’étranger.

Nos conseils :

Afin d’éviter ces escroqueries, nous vous conseillons d’éviter certaines pratiques et d’opter pour ces bonnes démarches :

  • Ne vous engagez pas avec des pays qui n’appartiennent pas à l’Union Européenne. Ceux-ci ne sont pas concernés par la Convention de Rome ni par la loi Scrivener qui protègent vos droits d’emprunteur.
  • Prenez soin de tout connaître sur la banque qui va vous octroyer l’argent dont vous avez besoin. Ensuite, tenez à ne rien envoyer à titre de frais de dossier avant la souscription de votre contrat de crédit. Veillez à ce que ce document précise nettement vos droits et vos obligations à travers ses clauses.
  • Évitez les propositions que vous trouvez sur Internet et qui vous offrent des taux d’intérêt extrêmement bas. Autrement, prenez tout votre temps à en vérifier l’authenticité. Vous bénéficiez d’un délai de réflexion de 14 jours calendaires de la date de réception de l’offre précontractuelle.

N’hésitez pas à utiliser les outils de comparaison de crédit que vous trouverez sur les sites des banques étrangères. Et de même, sur les sites des banques mobiles et des filiales internationales des banques et sociétés de financement françaises.

Les réflexions au sujet de " Les crédits en europe et à l’étranger "

  1. Écrit par lecouteux :

    bonjour,
    je suis de nationalité française, je voudrais faire un emprunt dans un organisme Belge mais on me demande à chaque fois le numéro de registre national, ce qui m’empêche de faire la demande de financement. Pouvez vous m’aider à trouver un organisme qui puisse m’offrir une solution ?

  2. Écrit par Robert Ratajczak :

    je suis francais retraite et mes rentes et pensions sont verses sur un compte bancaire francais sur lequel sont aussi preleve mes impots ! mais actuellement j´habite en allemagne et j´ai besoin d´un credit ou pret personel . merci pour une reponse .

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !