Credimania » Crédit immobilier » Le crédit immobilier chômeur

Le crédit immobilier chômeur

SOMMAIRE :

Le crédit chômeur, existe-t-il vraiment ?

On rencontre souvent des offres de prêts pour les sans-emploi sur Internet, mais cela s’avère souvent redoutable puisqu’il s’agit d’une catégorie de personnes présentant des risques de solvabilité auprès des organismes de crédit. Pour quelles raisons une banque attribue-t-elle son argent pour une personne qui ne parviendra pas à payer son emprunt ni à survivre aisément ? Par quels moyens cette personne fera-t-elle face à ses créances à l’absence d’un salaire stable et durable ?

Cependant, heureusement en France, l’État parvient aujourd’hui à travers certaines institutions à aider les demandeurs d’emploi et favoriser leur accès au logement ou même à la propriété par des aides sociales personnalisées. Les procédures sont abordables à condition de répondre aux conditions exigées par la loi, mais dans le cas où l’on peut assurer le montant de son loyer, inutile de s’alourdir par des mensualités supplémentaires et des engagements incontrôlables à long terme.

Dans quels cas le crédit immobilier devient-il inutile ?

Le chômage représente dans la plupart du temps un frein financier pour les demandeurs d’emprunt, car peu d’institutions de crédit sont prêtes à prendre le risque et prêter leur argent pour un demandeur ayant perdu son emploi, notamment en ce qui concerne les prêts immobiliers qui sont souvent de montant élevé. En effet, une personne en chômage est souvent confrontée à une situation délicate lorsqu’il s’agit d’emprunt bancaire faute de revenu stable et par conséquent de garanties susceptibles d’encourager l’organisme prêteur à octroyer son argent. Or, cette personne qui vient de perdre son travail ou qui demande un emploi, ne peut-elle pas devenir propriétaire de son logement ?

Certes, le prêt personnel, en particulier le prêt destiné à l’achat ou la construction de son foyer principal est un emprunt qui engage le débiteur à long terme, mais le loyer qui est aussi de l’argent payé à long terme ne peut être jamais récupéré tant qu’on occupe le logement d’autrui. Investir dans un bien immobilier paraît être un excellent choix pour ceux dont le loyer occupe la part majeure de leurs rentrées d’argent. Sauf que dans certains cas, notamment les suivants, il faut réfléchir davantage avant de franchir la porte de crédit immobilier pour chômeurs :

  • Si le montant de votre loyer est considérablement inférieur à n’importe quel retrait bancaire que pourra vous proposer une banque ou une société de crédit (logé en HLM par exemple), alors inutile de souscrire un crédit immobilier.
  • Si vous bénéficiez de la loi 48 et que vous avez accès à un logement répondant aux conditions d’habitabilité à un loyer fixe et un droit absolu au maintien de ce lieu, alors vous risquez de payer plus d’argent en vous engageant dans un prêt immobilier.
  • Si vous bénéficiez de l’Aide Personnalisée au Logement (APL), cela vous aidera à maintenir vos capacités budgétaires pour payer votre loyer.

En réalité, on est tous conscients de la grande importance accordée au fait d’avoir son propre logement et de la stabilité qui peut en résulter. Dans ce cas, même si vous avez de faibles revenus ou que vous êtes en chômage, la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) peut vous aider à évaluer le plafond de vos ressources et à estimer vos capacités de remboursement. Désormais, vous évitez de payer éternellement un loyer et vous acquérez votre propre maison.

Le Prêt d’Accession Sociale (PAS) :

Il s’agit d’un excellent coup de main pour les personnes à faibles rentrées d’argent, ceux qui touchent des Revenus de Solidarité Active (RSA) et les demandeurs d’emploi qui souhaitent acheter ou construire leur habitation personnelle. En effet, pour emprunter en sécurité, il faut au moins disposer de 10 % du montant total de la maison à acheter, il faut donc calculer avec précision son plafond de ressources pour garantir ses capacités de remboursement, car le PAS vous permet de financer jusqu’à 100 % du coût de l’acquisition de votre résidence principale.

Le Prêt d’Accession Sociale (PAS) est destiné exclusivement aux opérations relatives à l’habitation principale (occupée au moins huit mois par an par le bénéficiaire de prêt) et est régi par des conditions auxquelles doit répondre le demandeur d’emprunt. Ces conditions sont relatives aux ressources personnelles, aux charges courantes et à la localisation de résidence (consulter le tableau de plafonds d’éligibilité ci-dessous). L’obtention de cette aide peut vous faire bénéficier de plusieurs avantages :

  • Un accès au droit à l’Aide Personnalisée au Logement.
  • Une assurance chômeur (éventualité de l’effacement partiel de vos mensualités vers la fin du remboursement).
  • Une réduction dans les frais du dossier et les frais du notaire.
  • Un financement des travaux qui ne peut être inférieur à 4500 euros.

Afin d’alléger vos remboursements mensuels, vous pouvez également bénéficier d’une Aide Personnalisée au Logement (APL) sous forme d’allocation mensuelle pouvant atteindre les 165 euros, ou inscrire d’autres prêts sans garanties telles que le Prêt à Taux Zéro (PTZ) ou le prêt épargne logement.

Le plafond de ressources :

Pour déterminer votre plafond de ressource ou votre plafond d’éligibilité au PAS, vous pouvez vous reporter au tableau ci-dessous. Le plafond de chaque demandeur de prêt est en fonction des personnes occupant le logement et de la zone géographique du projet sujet de l’emprunt.

Tableau

La zone A concerne l’île de France, la zone B et C correspondent au reste du territoire.

La Caisse d’Allocation Familiale (CAF) :

Il s’agit d’un organisme départemental (environ 102 caisses d’allocation familiale réparties sur le territoire français) qui attribue des aides aux personnes dont les ressources nécessitent des prestations sociales (personnes âgées, invalides, sans emploi, etc.). À ce titre, ces allocations consacrées aux familles de faibles revenus peuvent couvrir la location, la construction ou même l’achat d’un logement personnel (qui doit être dans ce cas conventionné par l’État, une habitation HLM par exemple). En effet, afin de bénéficier de ces aides, les familles en difficulté financière doivent remplir les conditions sociales prédéfinies par la loi.

La Caisse d’Allocation Familiale (CAF) est une branche de la Sécurité sociale française. Elle assure, entre autres, des subventions relatives au logement sous forme de :

  • Aides personnalisées au logement
  • Allocations de logement à caractère social
  • Allocations de logement à caractère familial
  • Prime de déménagement
  • Prêt pour amélioration de l’habitat

Afin de bénéficier de l’une des prestations ci-dessus, un dossier et un formulaire de demande doivent être déposés auprès de la caisse d’allocation départementale la plus proche de votre domicile. Selon le type de vos besoins, des pièces jointes et des informations supplémentaires peuvent vous être demandées pour accomplir votre demande et étudier efficacement votre situation.

Le Prêt à Taux Zéro (PTZ) :

Il s’agit d’une forme d’aide à l’accession à la propriété avancée par l’État pour les personnes disposant de faibles revenus et souhaitant devenir propriétaires d’une première résidence principale (ancienne ou nouvelle). C’est un prêt que vous remboursez sans aucun intérêt pendant une durée de remboursement adaptée aux capacités financières de votre famille. Or, ce prêt ne peut pas en lui seul financer votre logement, mais il peut diminuer le montant de votre crédit immobilier en association avec d’autres crédits (prêt épargne logement, prêt 1 % patronal, etc.).

En effet, différents critères contribuent à la définition du montant du Prêt à Taux Zéro (PTZ), en particulier la taille de ressources du demandeur de prêt et l’emplacement géographique du bien immobilier qu’il souhaite acheter. Le tableau ci-dessous représente les barèmes de plafonds de ressources pour l’acquisition d’un prêt à taux zéro :

Tableau2

La zone A concerne l’île de France, la zone B et C correspondent au reste du territoire.

Liens utiles :

Les formes d’aides à l’accession sociale avancées par l’État encouragent considérablement les particuliers à devenir propriétaires de biens immobiliers. Étant confirmé, cela concerne même les personnes dont les revenus mensuels d’argent sont assez modestes ou restreints, et même les demandeurs d’emploi. Or, si les allocations sociales sont en elles seules capables de couvrir les frais de loyer, alors pourquoi prendre le risque d’un engagement bancaire à long terme tel que le prêt immobilier lorsqu’on ne dispose pas de revenus fixes et stables. Vous devez certainement prendre plusieurs mesures en considération, mais d’abord consulter la liste de liens que nous vous proposons afin de vous renseigner davantage sur ce sujet.

http://www.mon-credit-facile.com/credit-chomeur-credit-chomage/
http://www.heureuxproprietaire.com/contenus/nos-solutions/article/pret-a-l-accession-sociale-pas.html

Les réflexions au sujet de " Le crédit immobilier chômeur "

  1. Écrit par dunot :

    j’ai commencé la construction de notre maison quand j’étais salariée. Je voudrais avoir un prêt pour achever mon projet, mais je suis chomeur maintenant que puis-je faire ?

Laisser un commentaire