Credimania » Crédit immobilier » Comment obtenir un prêt immobilier sans CDI ?

Comment obtenir un prêt immobilier sans CDI ?

Votre solvabilité est un élément important pendant la demande d’un crédit immobilier. Cela se justifie par la régularité de vos revenus et surtout par la stabilité de votre situation professionnelle. Pour cela, les banques apprécient les travailleurs en CDI pour la sûreté de paiement qu’ils peuvent assurer à long terme. Pourtant, cela ne veut pas dire qu’elles ne prêtent pas sans CDI ! Ceci aura bien sûr des règles différentes, mais reste possible pour tous les jeunes actifs, les auto-entrepreneurs et les intérimaires. Les personnes qui travaillent encore en CDD peuvent aussi décrocher un prêt immobilier, mais sous d’autres conditions. Alors, pour savoir comment fonctionne ce type d’emprunt qui concerne exclusivement les travailleurs à risque, lisez bien notre article.

Prêt immobilier sans CDI

Sommaire :

  • Sans CDI, quel risque de refus de votre prêt ?
  • Quelles conditions spécifiques pour emprunter ?
  • Comment garantir un crédit immobilier sans CDI ?
  • Qu’en est-il pour l’assurance emprunteur ?

Sans CDI, quel risque de refus de votre prêt ?      

Les banques sont souvent frileuses pour la sécurité de remboursement que peut leur assurer la personne emprunteuse. C’est légitime, car en cas d’incident de paiement, elles pourraient ne plus pouvoir récupérer leur argent. Pour les gros prêts, comme le crédit immobilier, les choses deviennent plus sérieuses. L’emprunteur doit justifier d’une bonne santé financière à long terme pour décrocher le montant qu’il demande. Autrement, la banque peut refuser le crédit à l’absence d’une garantie solide comme le contrat de travail à durée indéterminée. Ceci concerne tous les profils qu’elle considère à risque, dont entre autres, les intérimaires, travailleurs en CDD et professionnels libéraux. De même pour les auto-entrepreneurs qui rencontrent souvent des difficultés pour convaincre leur banquier d’accepter leur demande de prêt immobilier.

Mais pas comme vous le croyez, il existe des solutions pour minimiser ce risque d’exclusion bancaire. Sachez donc que vous pouvez décrocher votre prêt avec un dossier plus sérieux.

Comment diminuer le risque de refus ?

Monter un dossier en béton pour obtenir un crédit immobilier sans CDI optimise vos chances d’acceptation. Pour cela, pensez à faire réunir toutes les pièces justificatives que demande votre prêteur. Ensuite, évitez de vous trouver chaque mois en découvert bancaire, car cela montre votre incapacité de bien gérer votre argent. Par conséquent, vous pouvez facilement commettre des incidents ou des retards de paiement. Pour cela, nous vous conseillons aussi d’emprunter en fonction de votre taux d’endettement et capacité de remboursement. Vous pouvez donc faire jouer la concurrence entre les organismes prêteurs pour obtenir l’offre qui s’adapte parfaitement à votre budget. Finalement, ne cachez rien à votre banquier. Si vous n’avez pas de CDI, expliquez-le-lui et essayez de montrer la régularité de vos revenus en contrepartie. Cela le rassure beaucoup pour le paiement de votre dette à l’échéance.

Le recours au courtier spécialisé, pourquoi pas !

Pour accélérer les démarches et optimiser la négociation, vous pouvez faire appel à un courtier spécialisé en crédit immobilier. Ce professionnel est bien capable de mettre en avant les points forts du dossier et de booster vos chances d’acceptation. Il se charge du montage du dossier et vous oriente dans le choix de votre prochain prêteur. Fin négociateur, il peut réduire considérablement le coût total de votre crédit. De plus, il connaît les éléments qui peuvent convaincre le plus votre banquier. Travailler dans un secteur porteur comme la santé peut par exemple vous donner la priorité par rapport à d’autres demandeurs de prêts. Aussi, si vous êtes capable de justifier d’une capacité d’épargne même dans le cadre d’un CDD. Ceci montre votre responsabilité financière et vous donne l’avantage de participer dans le financement de votre projet immobilier.

Quelles conditions spécifiques pour emprunter ?

Obtenir un crédit immobilier sans CDI est possible, mais avec des conditions d’emprunt différentes et plus fermes. Ceci paraît être légitime pour une banque qui accepte un profil emprunteur qu’elle considère à risque ! Donc, ce qui lui compte le plus est de se protéger contre les éventuels manquements de paiement à long terme. Pour cela, elle applique des règles spécifiques pour accepter votre demande. Votre banque peut, soit limiter les conditions d’éligibilité, soit augmenter le taux d’intérêt.

Quel minimum d’ancienneté pour les travailleurs à risque ?

Malheureusement, il s’avère difficile d’accéder à la propriété immobilière en début de carrière sans CDI. Les banques exigent l’ancienneté du statut dans la même activité professionnelle d’un travailleur précaire. Par exemple, les saisonniers doivent justifier de 4 ans de carrière contre 2 ans pour les professionnels libéraux. Aussi, un intérimaire doit avoir rempli au moins 18 mois de travail contre 36 mois de renouvellement de contrat pour les CDD. Pour les auto-entrepreneurs, les choses ne sont pas plus faciles. Ceux-ci doivent justifier d’un minimum de 3 ans d’ancienneté de leur entreprise. Or, cela est un véritable obstacle pour ceux qui viennent de lancer leur activité professionnelle. Mais pour les banques, il faut qu’elles se rassurent de la stabilité et de la rentabilité de l’entreprise. Pour cela, elles demandent aussi le bilan financier de 3 ans et les 3 derniers avis d’impositions.

Crédit immobilier sans CDI, quel taux d’intérêt ?

Malgré la chute importante dans les taux d’intérêt actuels de l’immobilier, les banques proposent des majorations en cas de précarité. C’est justement le cas des emprunteurs qui ne disposent pas d’un CDI. En contrepartie du risque de solvabilité qu’ils présentent, ils doivent payer un taux supérieur pour leur prêt immobilier. Ceci est généralement plus élevé de 0,2 à 0,3 point par rapport au taux qui s’applique aux autres emprunteurs. Mais, cela ne peut pas passer sans conséquence sur le coût réel du crédit. Il s’applique au montant que l’emprunter doit régler chaque mois pendant toute la durée d’emprunt. Dans ce cadre, l’augmentation du taux d’intérêt vous oblige à régler une mensualité plus importante. Vous finirez par vous acquitter d’un crédit plus onéreux au fil des années. L’idéal est donc de comparer plusieurs offres afin de trouver celle qui propose le taux le plus raisonnable.

Comment garantir un crédit immobilier sans CDI ?

Pour convaincre votre banquier de la sûreté de payer votre dette, même sans CDI, vous devez présenter de solides garanties. Il faut aussi lui montrer que vous gérez bien vos comptes et que vous avez un historique bancaire optimal. Tant mieux pour vous si vous êtes un bon épargnant, car vous pouvez présenter un apport personnel conséquent. Cela vous permet de demander un montant moins important et de payer sur une courte durée. De même, si vous parvenez à montrer patte blanche. Ne pas commettre des incidents de paiement au passé rassure bien votre banquier sur la bonne tenue de vos comptes.

L’avantage d’un apport personnel :

La capacité d’avoir une épargne appuie bien votre dossier de demande d’un crédit immobilier sans CDI. Cela vous permet de vous constituer un apport personnel et de participer dans le financement de votre achat immobilier. Aussi, vous pouvez l’engager dans le paiement des honoraires du notaire et de certains frais annexes. En général, les banques exigent un apport de 10 % le montant que vous allez demander. Ce pourcentage pourrait grimper à 20 % dans le cas d’un travailleur saisonnier pour l’instabilité de son emploi. Donc, vous pouvez mettre toutes les chances de votre côté si vous présentez un apport conséquent. Mais attention, penser à obtenir un crédit immobilier sans CDI et sans apport personnel semble être une mission très complexe.

Le cautionnement d’un co-emprunteur solvable :

Le co-emprunteur est le garant qui s’engage à payer l’organisme prêteur en cas de défaillance de l’emprunteur principal. Pour cela, il s’agit d’une solide garantie que vous pouvez ajouter à votre dossier de demande. C’est idéal lorsque vous demandez un prêt potentiel sans avoir un CDI. En effet, pendant l’étude de votre dossier, la banque examinera votre niveau de solvabilité en tenant compte d’un second revenu. Bien évidemment, celui de votre co-emprunteur qui accepte de faire office de caution solidaire. Cela vous aide beaucoup à décrocher un avis favorable, car en cas d’incident, la banque se tourne vers votre garant. Celle-ci a le droit de lui demander le règlement de toute la dette. Elle pourrait même faire une demande de saisie sur son salaire, son patrimoine et ses biens.

Qu’en est-il pour l’assurance emprunteur ?

Tout comme les banques, les assureurs refusent souvent les statuts à risques. Certaines enseignes peuvent appliquer des exclusions de garanties, d’autres assurances préfèrent augmenter la cotisation. Or, pour un crédit immobilier, toutes les banques exigent un contrat d’assurance emprunteur afin de se protéger contre les non-paiements. Elles proposent donc aux emprunteurs sans CDI une couverture collective qui ne respecte pas souvent le type d’activité de chacun. Les saisonniers comme les intérimaires finissent par payer les mêmes garanties même s’ils ne présentent pas les mêmes risques !

Mais attention, le coût d’assurance est une charge importante qui peut bien alourdir le prix de votre crédit. Pour cela, vous devez chercher une offre plus optimale afin d’en réduire le coût. Pensez donc à votre droit de délégation d’assurance et faites jouer la concurrence entre les assureurs. Vous pouvez décrocher des formules adaptées pour votre statut en tant qu’auto-entrepreneur ou professionnel libéral par exemple.

Utiliser un placement ou un bien comme garantie :

Il peut arriver parfois qu’un travailleur sans CDI ne réussit pas à trouver une formule d’assurance pas trop chère. Dans d’autres cas, les assureurs peuvent refuser de le couvrir pour la précarité professionnelle qu’il présente. Pour cela, ceux qui ont un apport personnel important peuvent l’utiliser en tant que placement pour assurer leur crédit immobilier. De même, ceux qui sont déjà propriétaires d’un logement peuvent se servir de leur bien pour la même raison. De cette manière, en cas de défaillance, ce n’est pas l’assurance qui s’engage à payer le capital restant dû. La banque prêteuse a le droit de vendre le bien ou d’utiliser le placement afin de se rembourser.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas de note encore)
Loading...

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer