Credimania » Crédit immobilier » Crédit immobilier refusé, motifs et solutions !

Crédit immobilier refusé, motifs et solutions !

La plupart des acquisitions immobilières sont faites à crédit bancaire. Il est rare que vous parveniez maintenant à réaliser des économies pour acheter votre maison au comptant. Pour ainsi, vous devez obligatoirement passer par une banque prêteuse pour lui demander un prêt. Mais, votre demande peut être refusée pour certaines raisons. Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas tenter votre chance auprès d’un autre organisme ou avoir d’autres recours pour décrocher votre crédit. Suivez alors notre article afin de savoir quelle solution adopter selon le motif pour lequel votre dossier fut refusé.
prêt immobilier refusé

Sommaire :

  • Pourquoi refuse-t-on votre demande de crédit immobilier ?
  • Comment construire un solide dossier de demande ?
  • Comment augmenter les chances d’acceptation d’un prêt immobilier ?
  • Quels sont les autres recours possibles en cas de refus ?

Pourquoi refuse-t-on votre demande de crédit immobilier ?

Plusieurs motifs peuvent être à l’origine d’un refus de demande de prêt pour acquisition d’un bien immobilier. Les banques et les organismes de crédit vérifient plusieurs éléments avant d’accorder les sommes demandées par l’emprunteur. Ils se montrent souvent plus exigeants que pour les autres types de financement. Il y a des banques qui ont même durci leurs conditions d’octroi de prêts immobiliers pour éviter le risque de non-remboursement. Elles sont très vigilantes en ce qui concerne le taux d’endettement, la solvabilité et la stabilité professionnelle. C’est justement pour cette raison qu’une simple non-conformité avec ces critères cause le refus du dossier.

Un niveau d’endettement élevé :

Lorsque votre taux d’endettement dépasse les 33 % de vos revenus mensuels, vous ne pouvez pas obtenir un prêt immobilier. Vous présentez bien un risque de solvabilité pour votre banque, car vous avez d’autres charges et dettes en cours. Avec un prêt potentiel comme l’immobilier, vous ne pouvez plus gérer vos mensualités. Et de peur de ne pas âtre payé à l’échéance, votre banquier ne va certainement pas accepter d’alourdir davantage votre budget.

La précarité professionnelle :

Un emprunteur en CDD ou en intérim ne peut pas prétendre pour un crédit immobilier qui peut durer jusqu’à 20 ans. La situation professionnelle du prétendant est alors un facteur fondamental pour l’octroi du prêt. Les personnes qui possèdent des revenus importants et des contrats à durée indéterminée (CDI) sont les plus favorisées. Cela présente simplement une garantie de sécurité pour l’organisme prêteur en cas de défaillance de l’emprunteur.

Un faible apport personnel :

Votre participation dans le financement de votre bien immobilier est très importante lorsque vous sollicitez un crédit bancaire. Plus votre apport personnel est conséquent, vous obtenez plus facilement l’acceptation de votre prêteur. Cela doit présenter au minimum 10 % du montant de l’acquisition. Cette contribution démontre votre capacité d’épargne et donc votre caractère responsable et bonne gestion du budget. Or, ces qualités rassurent bien votre prêteur. Dans le cas contraire, même si on accepte de vous emprunter pour d’autres garanties personnelles, il est difficile de négocier un meilleur taux d’intérêt.

Comment construire un solide dossier de demande ?

Avant de penser même à emprunter, commencez par construire un bon dossier de demande de crédit immobilier. C’est votre atout pour décrocher la somme que vous ciblez et de convaincre votre banquier de vous la prêter. C’est donc votre billet pour l’emprunt ! Veillez d’abord à avoir un historique positif. Pas de découverts bancaires, pas d’incidents de paiement et pas de lourdes dettes en cours. Ensuite, il faut toujours préparer un dossier qui se conforme avec les conditions spécifiques de votre crédit. On parle ici des pièces justificatives requises, de l’apport personnel, de la stabilité professionnelle, de garanties et même de l’assurance emprunteur.

Autrement dit, il faut préparer un champ favorable pour voir votre demande acceptée. Les prêteurs examinent votre dossier et vérifient votre réputation en tant qu’emprunteur. Une faillite personnelle ou même une facture non payée constitue bien un motif raisonnable pour vous refuser.

Mettez toutes les chances de votre côté !

Nous vous proposons 6 méthodes qui vous permettent de présenter à votre banquier un dossier de crédit gagnant. Cela augmentera vos chances de décrocher le prêt sollicité et de négocier un meilleur taux d’intérêt :

  • Présentez des relevés de compte qui témoignent de votre bonne gestion budgétaire. Évitez donc les dépenses abusives et les découverts bancaires et payez vos factures à temps. Idéalement, vous pouvez montrer votre capacité d’épargne de quelques petites sommes chaque mois.
  • Remboursez votre crédit à la consommation en cours. Les banques vous demandent souvent les tableaux d’amortissement des dettes en cours. Alors, si vous êtes à terme de votre ancien prêt, payez-le par anticipation. Cela augmente votre capacité d’emprunt, mais aussi la qualité de votre dossier.
  • Sortez du fichage bancaire, car si vous êtes inscrit au FICP, aucune banque n’acceptera votre demande. Vous devez alors régler vos dettes afin d’obtenir le défichage bancaire. Votre nouvelle situation va être signalée à toutes les banques qui consultent inévitablement la BDF avant tout octroi de crédit. Si vous ne le pouvez pas pour l’instant, inutile de vous engager dans un crédit important comme l’immobilier.
  • Ayez des revenus réguliers et importants. Avoir un travail stable en CDI est un facteur positif lors de l’évaluation de votre niveau de solvabilité. De même, si vous avez un salaire important et des chances d’évolution professionnelle. Certaines banques veulent être rassurées à long terme et cherchent même à vérifier la santé financière de votre employeur.
  • Ayez de solides garanties comme un bon contrat d’assurance emprunteur, une hypothèque ou même un co-emprunteur rassurant. Ces éléments permettent de valoriser votre dossier et d’améliorer votre capacité de négociation. Ensuite, un apport personnel d’au moins 10 % le prix d’acquisition du bien immobilier séduira encore plus votre banquier.
  • Présentez un dossier clair et précis. Il ne faut pas que vous vous trempiez sur n’importe quelle information personnelle. Cela mettra en question votre bonne foi de paiement. Veillez à fournir tous les documents requis, y compris vos avis d’imposition et fiches de paye, votre contrat de travail et vos placements.

N’oubliez pas à la fin qu’avec un dossier complet, vous permettez à votre banque de vous répondre dans les plus brefs délais. Cela accélère les démarches et vous apporte une réponse parfaitement adaptée à vos besoins.

Comment augmenter les chances d’acceptation d’un prêt immobilier ?

Afin d’éviter le refus de votre dossier de crédit, découvrez nos conseils qui vous serviront de bonnes pratiques d’emprunt.

Le choix de la banque :

Lorsque votre dossier fut préparé, vous pouvez le déposer auprès de votre banque. C’est le premier organisme qui connait votre situation financière et qui essayera de maintenir les bonnes relations avec vous à long terme. Cependant, vous pouvez aussi profiter de la concurrence pour recevoir d’autres offres qui peuvent être plus intéressantes. Une banque concurrente a toujours intérêt de vous convaincre en tant que nouveau client. En outre, même si vous prêtez auprès de votre banque, la Loi Lagarde vous donne le droit de choisir votre assureur. C’est à vous alors de faire jouer la concurrence pour trouver la formule la moins chère.

Le rôle du courtier immobilier :

Si vous vous trouvez incapable de faire toutes ces démarches, de comparer les taux et de négocier les frais, faites appel à un courtier. Fin négociateur, il s’occupe du montage de votre dossier et il choisira pour vous l’offre qui s’adapte le plus à votre situation. Cet intermédiaire a une sphère de partenaires bancaires qui peuvent le gâter en tant que client potentiel. Reste à savoir que l’économie que vous allez réaliser sur le prix de votre crédit grâce aux services du courtier ne doit pas être inférieure à sa commission. Celle-ci est généralement de 1 % le capital emprunté.

La valeur du bien immobilier :

Le choix du type du logement à acquérir ou à construire impacte lui aussi la décision du prêteur. Les banques prêtent par exemple plus facilement pour acheter une maison de bonnes valeur et qualité. En cas de défaillance de l’emprunteur, ce bien sert de garantie solide de remboursement. Sa valeur patrimoniale permettrait une meilleure vente aux enchères. N’hésitez donc pas, si c’est possible, d’y réaliser des travaux d’amélioration (isolation par exemple). Bref, optez pour un logement bien situé, de bonne qualité et qui s’adapte avec votre budget et capacité d’endettement.

Quels sont les autres recours possibles en cas de refus ?

Si votre dossier est bien construit et qu’il est pourtant refusé par votre banquier, la solution peut être auprès d’un autre organisme prêteur. À chaque établissement financier sa politique d’octroi de prêt immobilier. Votre demande peut être alors refusée par une banque traditionnelle, mais acceptée par une autre société de financement. L’essentiel est d’avoir suivi nos conseils d’optimisation de votre profil emprunteur et dossier de crédit. Misez sur la valeur de votre logement et sur les garanties et l’apport personnel que vous pouvez présenter. Vos proches peuvent aussi vous aider à améliorer votre situation, et ce à travers l’aide d’un co-emprunteur solvable. Bref, vous devez éponger tous les risques que vous pouvez causer pour votre prêteur en tant que demandeur de crédit.

Utilisez votre patrimoine immobilier :

Comme susmentionné, ne ratez pas votre chance d’optimiser de la qualité et de la valeur de votre bien immobilier. Plus celui-ci est d’un emplacement intéressant, plus la banque y trouve une meilleure garantie de paiement. Pensez alors à y faire des améliorations sur la qualité énergétique par exemple. Vous pouvez dans ce cas vérifier votre éligibilité aux prêts et aides complémentaires qui vous aideront à réaliser ces travaux. Sinon, vous pouvez proposer à la banque une forte garantie hypothécaire. Et ce, en mettant en hypothèque votre patrimoine immobilier en contrepartie des sommes allouées.

Cette garantie est fréquente lorsqu’il s’agit d’un crédit immobilier. Elle vous permet de convaincre facilement votre prêteur qui sera en tous les cas rassuré d’être payé en cas de sinistre. Reste à savoir que vous devez être vigilant et payer vos dettes à l’échéance. Autrement, on pourra aussitôt vous ôter le logement de votre rêve et le vendre à moindre prix.

Laisser un commentaire