Credimania » Obtenir un crédit » Solutions de crédit pour personne expatriée et non-résident

Solutions de crédit pour personne expatriée et non-résident

Nous avons toujours pu examiner les procédures de demande d’emprunt pour les Français et nous sommes parvenus à trouver des solutions d’octroi de crédit pour les ménages les plus démunis ou encore pour ceux qui rencontrent des situations financières précaires, à savoir les invalides, les personnes ayant des handicaps, les chômeurs, les interdits bancaires, les retraités, etc. Or, quelles solutions de prêt pourraient être valides dans le cas d’un particulier français qui réside sur un territoire étranger, car les formalités d’attribution de crédit par un organisme français paraissent être complexes, vu la distance et la restriction de droits d’accès aux informations qui rendent compte du degré de solvabilité et de stabilité budgétaire de la personne emprunteuse. De même, pour les règlements de transaction, de dépôt de dossier ou de traduction de documents officiels. Ces facteurs montrent d’emblée que le crédit pour personne expatriée aura ses conditions particulières par rapport aux différentes formes du crédit classique.

En effet, les banques et les sociétés de financement spécialisées sont généralement craintives, et par conséquent fermes, en termes d’étude de dossier d’endettement d’un « débiteur à risque ». Cependant, nous entendons fréquemment parler aujourd’hui de particuliers et familles français qui décident de s’expatrier pour des raisons professionnelles (missions temporaires) ou pour fuir le chômage par exemple. Ceux-ci peuvent en tous les cas se trouver dans des difficultés financières ou tout simplement vouloir investir à l’étranger par le biais d’un prêt bancaire français. À quelle porte frapper dans ce cas ?

L’octroi de crédit pour les non-résidents, est-il possible ?

Certes, le crédit pour les non-résidents français existe, mais comme susmentionné, avec des formules d’octroi spécifiques. Deux types de financement s’imposent dès lors : le prêt hypothécaire sans justificatif d’utilisation et le prêt hypothécaire avec garantie déplacée. Deux facettes du crédit hypothécaire qui permettent de mettre votre bien immobilier en France en échange avec l’emprunt dont vous allez bénéficier. La première ne vous oblige pas à justifier la destination de l’argent acquis (tout type de projets est donc permis), la seconde est typiquement conçue pour l’achat ou la construction d’un autre bien immobilier à l’étranger. L’essentiel étant d’être propriétaire sur le territoire français.

Les établissements financiers qui proposent des modalités simplifiées pour bénéficier de ce type de produit bancaire et pour trouver une assurance de crédit qui s’adapte à la situation de l’expatrié sont multiples en France, nous notons :

Ces banques représentent toutes des acteurs de rigueur sur le marché du crédit international et proposent des procédures avantageuses au service des expatriés concernant le montage du dossier de demande de financement, l’augmentation de ses chances de faisabilité et le transfert international gratuit.

Il est bon de savoir dans ce cadre que, quoique les banques françaises à profil international étant spécialisées dans l’octroi de crédit pour les expatriés existent, celui-ci diffère de l’emprunt classique réservé aux résidents de la France. Cela est plus concret au niveau du taux d’intérêt, de la quotité et du montant de financement qui ne dépasse pas dans les meilleures conditions les 80 % de la valeur globale de l’investissement (un pourcentage qui peut facilement grimper à 100 % dans le cas d’un débiteur résident).

Critères d’attribution du crédit :

Au cours de l’étude du dossier de demande d’emprunt avancé par un particulier ayant le profil d’une personne expatriée, l’organisme de crédit français attribue une attention particulière à certains critères clés dans l’acceptation de la demande, notamment :

  • Le justificatif d’un salaire stable et régulier (contrat de travail à durée indéterminée par exemple) et d’un revenu annuel satisfaisant (80 000 euros au minimum)
  • Le justificatif d’un profil bancaire rassurant (le relevé du compte bancaire courant de l’emprunteur et du co-emprunteur en cas du régime matrimonial communautaire)
  • Le justificatif de la valeur nette du bien immobilier que vous allez mettre en hypothèque (cela peut inclure plus qu’un seul bien) afin d’évaluer votre capacité de remboursement sans être obligé (vous ou votre créancier) à rencontrer des surprises.

Et pour représenter un dossier solide et augmenter ses chances d’admission de sa demande de crédit, un non-résident peut également faire preuve de ses capacités à épargner en proposant un apport personnel qui servira de participation dans le financement de l’investissement objet du prêt auquel il prétend. Cela rassurera davantage son banquier et lui offrira des modalités de crédit plus souples et plus adaptées à son profil financier.

Enfin, nous vous orientons vers le lien suivant afin de vous aider à mieux simuler vos capacités d’emprunt et de remboursement, et pour calculer le prix exact du prêt hypothécaire que vous voulez envisager : www.guide-epargne.be/epargner/simulation-creditlogement.html. Nous vous conseillons de même de ne pas hésiter à faire jouer la concurrence entre les organismes prêteurs spécialisés dans ce type de prêt puisqu’il s’agit aujourd’hui d’un marché en pleine croissance.

Laisser un commentaire

NEWSLETTER

  • Newsletter credimania

    Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Credimania

    Déjà 530 inscrits !