Credimania » Surendettement » Comment rembourser efficacement vos crédits à la consommation ?

Comment rembourser efficacement vos crédits à la consommation ?

Face à vos dettes liées à la consommation, il n’est pas rare que vous rencontrez des difficultés de paiement. Pour une raison ou pour une autre, cela aura son effet négatif sur vos finances et votre sérénité budgétaire. Nous espérons que vous lisez notre article avant d’avoir souscrit votre crédit, car vous serez ainsi guidé à choisir sur mesure. Mais si cela est fait, alors apprenez avec nous à optimiser la gestion de vos remboursements. En particulier, pour vos prêts qui coûtent cher comme le revolving et le découvert bancaire. Ne laissez plus alors vos dettes vous appauvrir et adaptez nos bonnes pratiques pour pouvoir vous en sortir.
rembourse prêt conso
Sommaire :

  • Comment réduire les taux d’intérêt élevés ?
  • Comment renégocier les modalités de remboursement ?
  • Se constituer une épargne face aux imprévus
  • Comment bien utiliser les cartes de paiement ?
  • Les mesures d’urgence en cas d’impayés
  • Tenter le rachat de crédits

Comment réduire les taux d’intérêt élevés ?

Les prêts à la consommation sont parmi les plus chers du marché par rapport à la baisse actuelle des crédits immobiliers. En fouillant dans ce grand panier qui inclut plusieurs types de prêts, on trouve ceux qui coûtent vraiment cher par leur taux élevé. Le plus efficace est alors de choisir d’emblée le produit le plus adapté à votre capacité d’endettement. Si vous avez un crédit renouvelable parmi vos charges, c’est alors le moment d’en réduire le coût.

Commençons par le commencement et sachons que c’est le taux d’intérêt qui peut rendre votre crédit lourd et difficile à gérer. Ces frais que vous devez payer chaque mois en plus du capital dû gonflent les mensualités. Pour les alléger, vous choisissez de payer sur une durée plus longue. Mais, plus la période du prêt est longue, vous payez plus cher au final. La solution est de négocier un taux réduit pour payer plus vite grâce à des mensualités allégées.

Pas de découvert/pas de revolving :

Les découverts bancaires (si autorisés) ainsi que les prêts renouvelables sont des produits rapides et simples à obtenir. Mais en contrepartie, ils ont des taux très élevés qui ne conviennent pas à tous les budgets. Cela ne peut pas être le choix sur mesure si vous passez par une précarité financière. Et même si cela vous convient aujourd’hui, cela devient menaçant à long terme. Nous vous conseillons dans ce cas d’opter pour un crédit affecté pour la sécurité qu’il offre. Il s’agit d’un prêt lié à l’achat. C’est-à-dire, la somme empruntée correspond exactement à votre besoin réel de financement. Les taux appliqués dans ce cadre sont les plus raisonnables, et aussi, les modalités de paiement.

Important : ne pas pouvoir réduire votre taux d’intérêt ne veut pas dire aussi l’augmenter. Il ne faut surtout pas vous endetter davantage. Un nouveau prêt va prolonger la durée de paiement et faire augmenter les taux.

Comment renégocier les modalités de remboursement ?

Si cela n’est pas précisé dans votre contrat de prêt, renégociez vite une clause de paiement anticipé. De même, rendez possible le report d’échéances, au moins une fois par an. Cela vous permettra de reprendre le souffle et de faire le point sur vos remboursements. Pour commencer, vous devez classer vos crédits par taux d’intérêt, du plus élevé au moins cher. Une fois vous trouvez le prêt qui vous coûte le plus cher, vous devez vous efforcer à le solder par anticipation. Cette démarche vous permettra d’alléger bien votre dette globale et réduire votre capital restant dû. Mais attention, vérifiez vos conditions contractuelles, car un paiement total ou partiel anticipé peut prévoir des pénalités. Évaluez alors vos rentrées d’argent et, pourquoi pas, faites vos efforts pour une augmentation de salaire.

Fonctionnement du paiement anticipé :

Rembourser un crédit à la consommation par anticipation totale ou partielle est un droit donné à tous les emprunteurs. Et ce, sans motif exact, à tout moment de la durée de paiement, quel que soit le montant emprunté. La banque prêteuse peut demander de régler une pénalité pour les montants qui dépassent 10 000 €. Dans tous les cas, cette pénalité est strictement encadrée par la loi (article L 312-34 du Code de la consommation). Elle ne peut pas dépasser 1 % du capital restant dû si la durée de paiement restante est supérieure à un an. Mais si ce délai est inférieur à 12 mois, la pénalité du paiement anticipé est de 0.5 % le capital restant dû. Dans toute manière, ces frais éventuels ne dépassent pas le montant des intérêts selon les conditions de votre contrat.

Se constituer une épargne face aux imprévus :

L’économie faite sur le montant des remboursements peut vous servir à créer une épargne de précaution. Que cela soit après avoir réduit votre taux d’intérêt ou solder un crédit important. Cette réserve d’argent servira pour les dépenses imprévues et sera plus intéressante que la souscription d’un nouveau prêt. Vous pouvez aussi économiser afin d’avoir ce fonds d’urgence. C’est-à-dire contrôler vos dépenses et les adapter à votre reste à vivre. L’objectif est de réduire les sorties d’argent et trouver des pistes pour augmenter les revenus. Vous devez analyser vos dépenses pendant un mois pour pouvoir éliminer les achats et abonnements qui sont parfois inutiles. L’adaptation de ces bonnes habitudes de consommation vous permet d’économiser de l’argent.

La création d’une sécurité financière :

Ce que nous vous conseillons de faire est de se créer une épargne afin d’éviter le recours au crédit en cas d’imprévu. Pour réussir cette méthode, il faut mettre à côté de 10 à 20 % de vos revenus mensuels. L’idéal est d’avoir au moins un mois de salaire épargné chaque année. Mais-là, il s’agit d’une question de régularité afin d’être protégé à long terme. Le montant dépend d’un foyer à un autre et des rentrées d’argent perçues. Mais si vous ne pouvez pas à épargner toute la somme, pas grave, commencez par ce que vous pouvez. L’essentiel est d’adapter cette pratique. Payez le nécessaire en premier, puis épargnez le reste pour faire face aux imprévus. Ensuite, inutile de penser à fouiller dans cette épargne pour des dépenses inutiles !

Comment bien utiliser les cartes de paiement ?

L’accessibilité et la variété des cartes bancaires rendent l’utilisation de ce moyen de paiement parfois abusive. Pour une personne endettée, cela peut se transformer en véritable risque pour son équilibre budgétaire. Nous conseillons alors d’opter pour le paiement au comptant et de créer un budget pour les dépenses réellement nécessaires. Face aux tentatives d’achat, la publicité et les promotions, il s’avère très rare de pouvoir se contrôler. Autrement, il faut laisser les cartes à la maison ou choisir dès le début les cartes prépayées à débit immédiat.

Quel type de carte bancaire choisir ?

Les cartes bancaires ont souvent des taux d’intérêt élevés. Voilà pourquoi on vous conseille d’arrêter de les utiliser si vous avez des dettes en cours. Mais avant tout, laissez-nous vous poser la question : quelle carte avez-vous dans votre portefeuille ? Puisque vous êtes client d’une banque, vous bénéficiez certainement d’une carte bancaire. Ce moyen de paiement et de retrait directs peut vous être proposé sur 3 formes différentes. On trouve la carte de débit à autorisation systématique qui est la plus sûre. Au moment de la transaction, une vérification est faite sur le solde disponible dans votre compte. S’il n’est pas suffisant, le retrait ou le paiement est systématiquement annulé. Il y a aussi la carte à débit immédiat qui présente un petit risque. La vérification du solde sur le compte n’est pas immédiatement envisageable s’il s’agit d’une transaction de faibles montants.

Encore moins sûre, la carte à débit différé risque de vous mettre à découvert. Votre compte est débité ultérieurement, en particulier pour les grandes dépenses. Vous pouvez ainsi faire le retrait du montant voulu même si le solde existant n’éponge pas toute la somme.

Les mesures d’urgence en cas d’impayés :

Il peut arriver que vous ne parveniez pas à payer une mensualité à l’échéance. Ne paniquez surtout pas, mais ne laissez pas la situation s’aggraver. N’attendez pas à ce que vous aurez deux mois impayés consécutifs. Vos créanciers peuvent réclamer la situation à la Banque de France. Il faut alors réagir en urgence. Pour éviter d’autres retards de paiement, prenez vite contact avec votre organisme prêteur. Négociez avec lui un délai de paiement qui s’adapte avec votre difficulté financière temporaire. Vous pouvez aussi utiliser votre contrat d’assurance emprunteur ou faire appel à un organisme social pour vous accorder une aide. L’essentiel est de ne pas tenter de solliciter un nouveau prêt, même d’un petit montant. Cela va aggraver votre taux d’endettement (soit 33 % des revenus) et notamment la gestion des paiements.

La souscription obligatoire d’un contrat d’assurance :

Afin de faire face à un imprévu éventuel qui vous empêchera de payer à l’échéance, n’oubliez pas de souscrire un contrat d’assurance. La plupart des banques incluent une offre d’assurance emprunteur dans leur proposition de prêt. Or, grâce à la réforme du 1er juillet 2010, vous pouvez utiliser votre droit de délégation d’assurance extérieure à la banque. Cela signifie que vous pouvez choisir le contrat d’assurance qui vous convient le mieux chez un autre assureur. Celui-ci peut vous proposer une formule plus adaptée à votre situation et à la nature de votre dette. Veillez alors à comparer les différents contrats d’assurance avant de vous lancer dans l’offre commercialisée par votre banque.

Tenter le rachat de crédits :

Cette solution de financement vous permet de mieux rembourser vos dettes liées à la consommation. Si vous avez de grosses mensualités que vous ne pouvez plus les payer toutes, pensez à les regrouper. Le principe est simple, vous faites racheter vos dettes par un créancier unique. Vous serez désormais appelé à gérer un seul crédit et de payer une seule mensualité. Celle-ci est souvent mieux adaptée à votre situation financière actuelle et est soumise à un taux meilleur. Mais aussi, il est possible de racheter un seul type de prêt qui vous coûte cher, comme le crédit revolving. Cela vous permet de négocier un nouveau TAEG et de faire diminuer les mensualités. Le seul point à vérifier est le coût total de cette opération pour ne pas payer plus cher au final.

Les avantages du rachat de prêts à la consommation :

Parmi les principaux avantages de racheter vos crédits à la consommation par votre banque ou par un organisme concurrent, on trouve :

  • La diminution du taux d’intérêt (jusqu’à moins de 3 fois le taux du crédit renouvelable).
  • La baisse des mensualités.
  • Un remboursement plus souple sur le long terme.
  • Le paiement de dettes par anticipation pour éviter le risque du surendettement.
  • La reprise de l’équilibre budgétaire.

Nous vous conseillons, à la fin, de choisir un paiement à moyen terme afin de ne pas alourdir le coût total de votre nouveau prêt. Vous pouvez faire jouer la concurrence entre les organismes de crédit pour décrocher le meilleur rachat. Des comparateurs instantanés sont disponibles gratuitement en ligne.

Laisser un commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer